OMBREUX, EUSE

Prononciation : on-breû, breû-z'
Nature : adj.

1Qui fait de l'ombre.
Sous les hêtres ombreux, témoins de sa souffrance , MILLEV. , Églog. II
2Couvert d'ombre.
Des renards et des loups les ombreuses retraites , RÉGNIER , Sat. X
Dans la nuit ténébreuse Dont un bois vaste entoure une vallée ombreuse, D'un rameau précieux se cache le trésor , DELILLE , Énéide, VI
Dans la vallée ombreuse, Reste où ton Dieu te creuse Un lit plus abrité , V. HUGO , F. d'aut. 37
3Terme de botanique. Qui croît dans les lieux ombragés. Marmontel se plaint qu'ombreux soit hors d'usage : Ombreux n'avait-il pas sa nuance à côté de sombre, et rais à côté de rayons ? Élém. litt. t. X, p. 430. Aujourd'hui ombreux a repris faveur ; il est du style élevé. XVIe s.
Boys umbreux , MAROT , IV, 50
La nuit ombreuse , MAROT , IV, 116
Ô ma belle maistresse, hé que je voudrois bien Qu'après nostre trespas, dans nos fosses ombreuses, Nous fussions la chanson des bouches amoureuses ! , RONS. , Amours, liv. II
Lat. umbrosus, de umbra, ombre. OMBREUX. - HIST. Ajoutez : XIIe s.
La forest ombreuse et mout ocure , Roman en prose de Perceval le Gallois, p. 174
XIIIe s.
D'arbres estoit li leus ombreus , POUGENS , Archéol. franç. t. II, p. 65