OLYMPIQUE

Prononciation : o-lin-pi-k'
Nature : adj.

1Il se dit des jeux qu'on célébrait tous les quatre ans près d'Olympie du Péloponnèse.
Une couronne d'olivier aux jeux Olympiques, une de pin aux Isthmiques.... , D'ABLANCOURT , Lucien, Exerc. du corps.
Je ne dois pas omettre, en parlant des jeux Olympiques, que les dames étaient admises à y disputer la couronne aussi bien que les hommes, et que plusieurs d'entre elles y remportèrent le prix , ROLLIN , Hist. anc. Oeuv. t. V, p. 89, dans POUGENS
Hérodote lut son histoire pendant les jeux Olympiques à toute la Grèce qui y était assemblée, et on l'écouta avec tant d'applaudissement, qu'on donna aux neuf livres qui la composent, les noms des neuf Muses , ROLLIN , ib. p. 102
Tu es donc bien glorieux, Milon, d'avoir porté un boeuf sur tes épaules aux jeux Olympiques ? , FONTEN. , Dial. des morts, Milon, Smyndiride. Qui appartient aux jeux Olympiques.
Je puis dresser au char les coursiers olympiques, Ou, sous les feux du jour, courbé vers le sillon, Presser deux forts taureaux du piquant aiguillon , A. CHÉN. , Idylles, le Mendiant.
Vois-tu dans la carrière antique, Autour des coursiers et des chars, Jaillir la poussière olympique Qui les dérobe à nos regards ? , LAMART. , Méd. I, 19
Couronne olympique, la couronne donnée aux vainqueurs dans les jeux Olympiques.
2Cirque olympique, nom d'un théâtre de Paris. 3Feu olympique, nom donné autrefois au feu qui naît des rayons du soleil, ramassés par le moyen d'un miroir ardent. 4S. f. Se dit de la première partie des odes de Pindare, celles où le poëte thébain a célébré les vainqueurs à Olympie. La première, la deuxième Olympique. En grec (voy. OLYMPIADE).