oisivete

Prononciation : oi-zi-ve-té
Nature : s. f.

État d'une personne oisive, qui n'a rien à faire, qui ne fait rien.
J'ai reçu une lettre de M. de Pompone du milieu de son oisiveté, dont je me trouve plus honorée que quand il était à Saint-Germain [ministre de Louis XIV] , SÉV. , 12 juin 1680
Notre petit marquis [le fils de Mme de Grignan] est avec Saint-Ruth ; s'il avait été avec M. Catinat, il aurait vu une belle action [la bataille de Staffarde] ; ce beau régiment de Grignan est destiné à des marches bien longues et à des oisivetés fâcheuses , SÉV. , 30 août 1690
Les langueurs de la paresse et les pernicieuses rêveries de l'oisiveté , BOSSUET , Anne de Gonz.
[Qui] Soutient, dans les langueurs de son oisiveté ... Le pénible fardeau de n'avoir rien à faire , BOILEAU , Épît. X
Les chanoines vermeils et brillants de santé S'engraissent d'une sainte et longue oisiveté , BOILEAU , Lutrin, I
Bajazet dédaigna de tout temps La molle oisiveté des enfants des sultans , RAC. , Bajaz. I, 1
Je commence à rougir de mon oisiveté , RAC. , Phèdre, I, 1
Il ne manque à l'oisiveté du sage qu'un meilleur nom ; et que méditer, parler, lire et être tranquille s'appelât travailler , LA BRUY. , II
Vous savez sa fortune [de Thiriot], elle ne peut pas lui donner de quoi exercer heureusement le talent de l'oisiveté , VOLT. , Lett. Mme de Bernière, 1724
L'oisiveté des cercles est tuante, parce qu'elle est de nécessité ; celle de la solitude est charmante, parce qu'elle est libre et de volonté , J. J. ROUSS. , Conf. XI
L'oisiveté que j'aime n'est pas celle d'un fainéant qui reste là les bras croisés dans une inaction totale, et ne pense pas plus qu'il n'agit ; c'est à la fois celle d'un enfant qui est sans cesse en mouvement pour ne rien faire, et celle d'un radoteur qui bat la campagne, tandis que ses bras sont en repos , J. J. ROUSS. , ib. L'oisiveté est la mère de tous les vices.
L'oisiveté, qui est, dit-on, la mère de tous les vices, l'est aujourd'hui d'une bonne action, puisqu'elle m'engage à vous écrire , BUSSY-RABUTIN , Lett. t. IV, p. 292, dans POUGENS
XIVe s.
Mais il n'out oncques file ne cosine ne niece, Qu'il ne feïst aprendre à quelque mestier faire, Pour ce qu'oisiveté ne leur feüst contraire , Girard de Ross. v. 2378
Il cremoit [craignait] que les courages du peuple par paiz et par oisiveté se habandonnassent à superfluitez ou à luxures , BERCHEURE , f. 13
Au jour du jugement toute personne oyseuse aura à rendre compte du temps qu'elle aura perdu par son oysiveté , Ménagier, I, 3
Oisif.