OINDRE

Prononciation : ouin-dr'
Nature : v. a.

1Frotter d'huile ou de quelque matière grasse. Les anciens se faisaient oindre au sortir du bain.
Ils les oignirent, à cause qu'ils étaient fort fatigués , SACI , Bible, Paralip. II, XXVIII, 15
Elle [Judith] se lava le corps, se l'oignit d'un parfum précieux , SACI , ib. Judith, X, 3 Il se dit aussi de toute autre substance comparée à une huile.
Cet homme qu'on appelle Jésus a fait de la boue et en a oint mes yeux , SACI , Bible, Év. St Jean, IX, 11
2Consacrer avec les huiles saintes. On oint les évêques à leur sacre. On oignait les rois de France avec l'huile de la sainte ampoule.
Vous l'oignîtes de l'onction sainte , MASS. , Or. fun. Villeroy.
Le pape envoya un bref par lequel il permettait au roi [Louis XI] de se faire oindre une seconde fois de l'huile de la sainte ampoule , DUCLOS , Oeuv. t. III, p. 335
3S'oindre, v. réfl. Se frotter avec une substance grasse.
Dans l'Exode il est dit : prenez d'excellente myrrhe.... et on fera mourir quiconque s'oindra d'une pareille composition, ou en oindra un étranger , VOLT. , Dict. phil. Sibylle.
Ils s'oignaient, ils se baignaient , DIDER. , Opin. des anc. philos. (pythagorisme). Oignez vilain, il vous poindra ; poignez vilain, il vous oindra, se dit pour signifier : caressez un homme de néant, il vous fera du mal ; faites-lui du mal, il vous caressera.
XIIe s.
[Je ferai] La char [d'un condamné] oindre de miel et lecher à mes ours , Sax. XXVII
XIIIe s.
N'est donc bien fortune seüre ; Rest bien fos [est bien fou] qui s'i asseüre, Quant ceus qu'el seult par devant oindre, Seult ausinc par derriere poindre , la Rose, 6769
Tout le monde par parole oignent, Mès lor losenges les gens poignent Par derriere dusques as os.... , ib. 1045
Amors si se change sovent : Il oint une hore, et autre point , ib. 3507
Et [Godefroi] ne vost [voulut] estre sacré ne oint à roi el dit roiaume , Ass. de J. I, 22
Si com la rose ist [sort] de l'espine, Issis [tu sortis], glorieuse reïne, De juerie [juiverie] qui est poingnans, Et tu es souez [suave] et oingnianz , RUTEB. , 320
XVIe s.
Heureux qui se treuve à point pour leur oindre la volonté sur ce dernier passage [à ceux qui font sans cesse leur testament] ! , MONT. , II, 85
Car qui sçait par devant oindre Sçait aussi par derriere poindre , PALSGRAVE , p. 817
Wallon, onde, ode, provenç. onger, ogner, oingner, onher ; espagn. ungir ; ital. ungere, ugnere ; du lat. ungere ; comparez l'irl. ong, le sanscrit anja. Ungere donne oinre, où le d s'introduit par l'appel de l'r, comme dans gendre, moindre, etc. ; comparez feindre, peindre, etc.