OILLE

Prononciation : o-ll', ll mouillées ; l'i ne se prononce pas
Nature : s. f.

1Mets favori des Espagnols, qui consiste dans un mélange d'excellentes viandes, qu'on fait cuire en potage avec toutes sortes d'assaisonnements. 2D'après le dict. de l'Académie, édition de 1718 : Potage où il entre plusieurs herbes et plusieurs viandes différentes ; et d'après Furetière, au mot ouille : sorte de potage fait de diverses herbes et sans beurre, qu'on sert quelquefois les jours maigres sur les bonnes tables pour faire quelque diversité.
J'avais le pot-au-feu, c'était une oille et un consommé, qui cuisaient séparément , SÉV. , 2 nov. 1673 Fig.
[Un orage] y fit [à Vantou près Dijon] une oille et une fricassée épouvantable de toutes sortes de gibier, et de volailles , SÉV. , à Mme de Guitaut, 24 juill. 1693
3Anciennement. Pot à oille, grand vase de table en argent, qui était une sorte de terrine.
La duchesse de Mazarin vit de ménage ; elle vend tout ce qu'elle a et se ruine pour du Mesnil, son amant, qui est joueur et escroc..., la pauvre dame vient de vendre ses deux beaux pots à oille pour payer une dette de jeu de du Mesnil , D'ARGENSON , Journal et mém. t. II, p. 429 (éd. de la Société de l'Histoire de France).
Esp. olla, le contenu d'une sorte de pot-au-feu. On dit que ce mets fut introduit en France depuis l'élection de Philippe V, qui avait envoyé un cuisinier pour enseigner à faire ce ragoût ; c'est une erreur ; car longtemps avant cette époque, en 1673, Mme de Sévigné parle de l'oille. Le mot ole se trouve dans l'ancien français avec le sens de marmite : XIIIe s.
À pleine ole d'eve boillie , Ren. 15865 On dit encore à Rennes oulle pour marmite. Olla, oulle et ole viennent du latin olla, pot.