OIGNON

Prononciation : o-gnon ; l'i ne se prononce pas ; quelques-uns écrivent ognon
Nature : s. m.

1Plante potagère à racine bulbeuse, de saveur et d'odeur très fortes, allium cepa, L., liliacées. Faire cuire des oignons. Manger des oignons.
Cet homme [Alberoni], en 1707, n'avait été connu que sur le pied d'un uomo faceto e piacevole, qui faisait des soupes à l'oignon excellentes , VOLT. , Mél. hist. ex. du test. d'Alberoni. Oignon d'Espagne, d'hiver, allium fistulosum, L. Oignon rocambole, allium scorodoprasum, L. Une tête d'oignon, un oignon seul. Botte d'oignons, botte formée généralement d'oignons verts, dans laquelle les oignons sont liés ensemble par le milieu de la tige, de telle sorte que les têtes sont toutes, ou à peu près, dans un plan horizontal. Chapelet d'oignons, assemblage d'oignons lequel, constitué par des oignons secs, a une forme pyramidale contenant, sur une longueur de 40 à 50 centimètres, plusieurs rangées horizontales dont les plus élevées offrent les petits oignons ; leur grosseur va en augmentant jusqu'à la base où sont les plus gros, LEGOARANT. On dit dans le même sens : corde d'oignons. Petits oignons, oignons qu'on sème très serrés pour qu'ils ne viennent que petits, et qu'on emploie dans certaines sauces, pour les cornichons, etc. Fig. et ironiquement. Aux petits oignons, d'une façon aigre, peu plaisante. Je vous arrangerai cela aux petits oignons. Pelure d'oignon, une des enveloppes de l'oignon, se dit fig. d'une étoffe très mince.
Je vous ai donné du satin fort, et celui-ci est une pelure d'oignon , THÉOD. , LECLERCQ, Proverbes, t. I, p. 88, dans POUGENS
Les oignons font pleurer pendant qu'on les épluche ; et l'on dit fig. et populairement, pleurer sans oignon, avoir de justes raisons de larmes.
Ceux à qui tout porte guignon, La font larmoyer sans oignon , SCARR. , Virg. I
Fig. Regretter les oignons d'Égypte, regretter son ancien état ; locution prise des Israélites qui, errant dans le désert après leur sortie d'Égypte, regrettèrent plus d'une fois le pays qu'ils avaient quitté. Être vêtu comme un oignon, avoir plusieurs vêtements les uns sur les autres, parce que l'oignon a plusieurs peaux qui l'enveloppent. Populairement. Il y a de l'oignon, il y a quelque mauvaise affaire là-dessous, il y a du bruit, des difficultés, quelque intrigue ; métaphore tirée de ce que les vapeurs de l'oignon piquent les yeux.
2Partie de la racine de quelques plantes, d'une forme renflée, et dont la base produit des racines fibreuses ; ou, plutôt, en botanique, tige souterraine, rhizome raccourci, à feuilles charnues, soit tuniqué comme dans l'allium cepa, soit écailleux comme dans le lis. Des oignons de jacinthe. Des oignons de tulipe. Des oignons de lis.
Il trouva que la maladie était causée par une plante parasite qui s'attache à l'origine du safran, se nourrit aux dépens de sa substance, et, s'étendant sous terre d'un oignon à l'autre, infecte tout l'espace où on lui permet de se répandre , CONDORCET , Duhamel.
Croiriez-vous qu'il existe des gens assez extravagants pour donner deux ou trois cents louis d'un oignon en fleur ? , GENLIS , Veillées du chât. t. I, p. 423, dans POUGENS
3Flûte d'oignon, ou flûte à l'oignon, synonyme de mirliton. 4Callosité douloureuse qui vient aux pieds. Terme de vétérinaire. Tumeurs dures et douloureuses qui viennent au voisinage des articulations du pied du cheval, particulièrement de celles du métatarse, et qui consistent en un gonflement des os eux-mêmes. 5En rang d'oignon, loc. adv. Sur une même ligne.
Après que maints bons compagnons Se furent mis en rang d'oignons , SCARR. , Virg. V
M. de Saint-Brieux dans son diocèse, est transporté à Poitiers qu'il souhaitait ; d'autres en rang d'oignon tous les jours à la messe du roi, n'ont rien , SÉV. , 400
J'oubliais Mme de Vendôme, qui parut aussi chez le roi en rang d'oignon, mais qui ne fut point visitée , SAINT-SIMON , 296, 54 Se mettre en rang d'oignon, prendre place dans une réunion où l'on n'est pas invité, dans une assemblée à laquelle on n'a pas le droit d'assister. On fait venir l'expression proverbiale, être assis en rang d'oignon, d'Artus de la Fontaine Solaro, baron d'Oignon, qui, faisant l'office de grand maître des cérémonies aux états de Blois, assignait les places et les rangs des seigneurs et des députés. Mais M. Leroux de Lincy dit : Ne vient-il pas tout simplement de la manière dont les gens de la campagne assemblent les oignons avec des liens de paille, en plaçant les plus gros les premiers, et ensuite les autres ? Prov. t. II, p. 58.
6Populairement. Une montre, un peu épaisse, à l'ancienne mode, à cause que les anciennes montres avaient une épaisseur qui permettait de les assimiler à un oignon. 7Populairement. Il a de l'oignon, il a de l'argent. 8Oignon de loup, variété de courge. Oignon musqué, le muscari odorant. 9Oignon blanc, grande espèce d'hélice, coquille. Marchand d'oignons se connaît en ciboules, c'est-à-dire on est difficilement trompé sur les choses de son métier. XIIIe s.
Et toute autre maniere de fruit crut en regne de France, aus, oignons et toute autre maniere d'aigrun , Liv. des mét. 32
Oingnon qui vienent par Marne , ib. 334
XIVe s.
Laiens a Espaignolz que je n'aime un ongnon, Qui rendre ne nous veulent la tour ne le donjon , Guesclin. 17186
XVe s.
Par notre Dame ! on m'a bien baillé de l'oignon, et si ne m'en doutois guere ! si en ai esté plus aisé à decevoir , LOUIS XI , Nouv. XXXIII
XVIe s.
Seulement par racine s'edifie le lys, icelle estant en bulbes et oignons , O. DE SERRES , 575
Tant facent ilz bonne mine, si il y a de l'oignon , PALSGR. , p. 595
Se mettre en rang d'oignon et ne valoir une eschalote , COTGRAVE ,
À pain et oignon, trompette ne clairon , COTGRAVE ,
Si tu te trouves sans chapon, sois content de pain et d'oignon , COTGRAVE ,
Provenç. uignon, ignon ; du lat. unionem, sorte d'oignon, grosse perle, chose unique, unité, de unus, un. OIGNON. - HIST. XVIe s. Ajoutez :
Je conclus ou que les heretiques ont des autres evangiles et epistres que ceux qui sont en nostre missel, ou qu'il y a voirement de l'oignon et quelque pot aux roses que l'on tient couvert et caché , Oeuvres de Ph. Marnix de Sainte-Aldegonde, Bruxelles, 1859, t. IV, p. 40