OCTAVE

Prononciation : o-kta-v'
Nature : s. f.

1Huitaine consacrée, dans l'Église romaine, à solenniser les grandes fêtes. L'octave de Pâques. Le dernier jour de cette huitaine. C'est aujourd'hui l'octave du Saint-Sacrement. Le jour de l'octave.
Ainsi se célébrera l'octave de votre délivrance , BOSSUET , Lett. Corn. 54
Station d'un prédicateur qui prêche plusieurs sermons pendant l'octave de la Fête-Dieu ; les huit sermons de ce prédicateur. Il a fait imprimer son octave.
2Stance de huit vers, employée dans la poésie espagnole, italienne et portugaise, et dont les six premiers sont sur deux rimes qui reviennent alternativement ; les deux derniers sont à rime plate ; les grands poëmes épiques italiens, les Rolands, la Jérusalem délivrée, etc. sont écrits en ces octaves.
L'octave du Tasse n'est presque jamais pleine, et son vers ne peut être comparé au vers de Virgile , CHATEAUBR. , Génie, II, 2
3Terme de musique. L'intervalle formé par un même son répété à huit degrés d'intervalle, les extrémités comprises. Quand deux ondes d'une note entrent dans l'oreille dans le même temps qu'une onde d'une autre, l'intervalle entre les deux est une octave. Les huit degrés pris ensemble. Parcourir toute l'octave.
L'octave est la première de toutes les consonnances et celle qui, après l'unisson, est la plus aisément aperçue par l'oreille , DESC. , Musique, De l'octave.
On donne aussi le nom d'octave à la note qui est la huitième soit en montant soit en descendant : ut, ré, mi, fa, sol, la, si, ut ; cette huitième note a une telle ressemblance avec la première, qu'elle frappe l'oreille comme si c'était la même qui revînt et qu'on a pu l'appeler en général sa réplique, et lui donner le même nom. Un son et son octave. Double octave, intervalle composé de deux octaves ; c'est la même chose qu'une quinzième.
Pour avoir la double octave, il suffira de diviser par l'expression numérique de l'octave, qui est 1/2, et vous aurez 1/4 ; il me fit voir en effet que le quart de la corde entière sonnait la double octave , BARTHÉL. , Anach. ch. 27
Faire des octaves, jouer en octave au piano. Dans la musique gravée, on indique par les mots à l'octave, ou par 8°, abréviation de l'italien ottava, que l'on doit jouer les notes une octave au-dessus de ce qu'elles sont écrites.
4Nom d'une petite flûte, dite aussi octavin, et fort employée dans la musique militaire et les orchestres de danse ; elle est à l'octave de la flûte ordinaire. 5Ancien terme de mesure chez les marchands d'étoffe. Comme la largeur ordinaire du taffetas est d'une demi-aune, on nommait un taffetas de trois octaves, de cinq octaves, etc. celui qui est moindre, ou qui excède. 6Se dit, parmi les joailliers, de la huitième partie du marc, surtout en parlant des diamants. XIIIe s.
Come la dite Nicole eust ainsi esté jusques aus witieves de la resurrection, Mir. de St Louis, p. 163 (plus bas : oitieves). As witaves de cheste chandeleur prochaine à venir , DU CANGE , octava.
Le lundi après les huitieves de la chandeleur , DU CANGE , ib.
Disant soi avoir une oictieve en disme en la dismerie de Vi, ou [au] diocese de Chartres , ib.
Et ce fu as huitaves de la Saint-Remi, en l'an de l'incarnation Nostre Seigneur mil dui cens et dui ans , VILLEH. , XLIV
Et fist ses hommes semonre pour iestre à son coronement, ces octaves de la mi aoust , Chr. de Rains, 163
XVIe s.
On ne celebre nulles nopces depuis la septuagesime jusques aux octaves de Pasques , CALV. , Inst. 1189
Es muances de la gamme, telle note qui est la plus basse en une octave, est la plus haute au regard d'une autre , AMYOT , Comment refréner la colère, 3
La moitié de l'arpent contient 50 perches quarrées ; le quart, 25 ; l'octave, 12 et demie , O. DE SERRES , 11
De l'identité de cette huictieme voix avec celles dont on fait l'octave, s'ensuit une autre proprieté de la mesme octave qui est fort considerable à nostre sujet, c'est que l'octave est la voix qui est la plus aisée à discerner et qui se fait connoistre la premiere , JUMILLAC , Science et pratique du plain-chant, part. II, ch. 13
Provenç. octava, uctava ; port. uitava ; ital. ottava ; du lat. octavus, de octo, huit. Octavus, comme le grec se rattache par le suffixe à la terminaison du sanscrit ashtau (2ème a accent long), qui, comme dvau(a long) comme duo, octo, a une flexion de duel. C'est l'u de ce duel qui est devenu consonne en v à cause du suffixe us.