obtemperer

Prononciation : ob-tan-pé-ré. La syllabe pé prend un accent grave quand la syllabe qui suit est muette : j'obtempère
Nature : v. n.

Se soumettre, obéir.
Oui, puisqu'amour l'ordonne, il faut que j'obtempère , CHAPUZEAU , Cercle des femmes, dans LEROUX, Dict. com. Il est principalement usité en style de palais. Obtempérer à justice.
Le parlement répond au roi qu'il ne peut obtempérer ; ce mot obtempérer fit à la cour un singulier effet ; toutes les femmes demandaient ce que ce mot voulait dire, et, quand elles surent qu'il signifiait obéir, elles firent plus de bruit que les ministres et que les commis des ministres , VOLT. , Hist. parl. ch. 66
Dites-moi enfin si messieurs obtempèrent et se tempèrent , VOLT. , Lett. d'Argental, 1er janv. 1771
Si le coupable persiste, il faut l'appeler au consistoire ; enfin, s'il ne veut obtempérer, il faut faire rapport à la seigneurie , J. J. ROUSS. , Lett. de la Mont. 5
Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.
Voltaire, on ne sait pourquoi, n'aimait pas ce mot.
La langue s'embellit tous les jours : le parlement obtempère ou n'obtempère pas aux édits , VOLT. , Lett. Linguet, 15 mars 1769
XVe s.
Puisqu'il vous plaist, l'ordonneray [l'armée], Et à vos diz obtemperray [obtempérerai] , Myst. du siége d'Orléans, p. 684
XVIe s.
De sorte que Perpenna par ce moyen fut contraint, voulust ou non, d'obtemperer à leur voulenté , AMYOT , Sertor. 21
Lat. obtemperare, de ob, et temperare, tempérer, modérer.