obstinement

Prononciation : ob-sti-né-man
Nature : adv.

Avec obstination.
Et bien que tout mon coeur obstinément se donne, Ma raison n'ose me donner , CORN. , Toison d'or, IV, 2
Qu'une femme est à craindre et hait obstinément ! , ROTR. , Bélis. III, 3
J'ai beau la conjurer de montrer son visage ; Ma prière au refus obstinément l'engage , TH. CORN. , les Engagements du has. II, 2
Après m'avoir obstinément refusé quand je l'en pressais devant sa maîtresse , BEAUMARCH. , Mar. de Figaro, V, 3
XIVe s.
Comme einsi fust que il [les tribuns] ne se flechissent point, et que il empeschassent le delet [levée de troupes] obstinement , BERCHEURE , f° 94
XVIe s.
Vous en usez [de l'accent aigu] en diverses sortes, comme en ces mots nommément, privément, obstinément, dont les syllabes sont longues, et ailleurs vous le mettez sur les brèves , J. PELLETIER , dans LIVET, la Gramm. franç. p. 168
Uses donques hardiment des noms pour les adverbes, comme, ils combatent obstinez, pour obstinéement , DU BELLAY , I, 32, verso.
La coustume a faict le parler de soy vicieux, et le prohibe obstinéement, en hayne de la ventance , MONT. , II, 60
Obstinée, et le suffixe ment.