obelisque

Prononciation : o-bé-li-sk'
Nature : s. m.

1Monument quadrangulaire en forme d'aiguille, élevé sur un piédestal et ordinairement monolithe.
L'Égypte semblait mettre toute sa gloire à dresser des monuments pour la postérité ; ses obélisques sont encore aujourd'hui, autant par leur beauté que par leur hauteur, le principal ornement de Rome [où César et Auguste en firent apporter] , ROLLIN , Hist. anc. Oeuv. t. I, p. 17
Une plante est un monument plus durable qu'une médaille ou qu'un obélisque , FONTEN. , Morin.
Ils [les Égyptiens] ont travaillé des blocs de granit de plus de vingt mille pieds cubes, pour en former des colonnes et des obélisques d'une seule pièce , BUFF. , Min. t. I, p. 159
L'orgueilleux obélisque au loin couché sur l'herbe , DELILLE , Jardins, IV
Les obélisques gris s'élançaient d'un seul jet , V. HUGO , Orientales, I Absolument, à Paris, l'obélisque se dit de l'obélisque de Louqsor dressé sur la place de la Concorde.
2Sorte de mollusque, voy. TROQUE 2. terme qui est le diminutif du mot grec qui signifie broche.