NUTRITION

Prononciation : nu-tri-sion ; en vers, de quatre syllabes
Nature : s. f.

Propriété élémentaire des corps organisés, caractérisée par le double mouvement continu de combinaison et de décombinaison que présentent, sans se détruire, les végétaux et les animaux.
Il [l'être vivant] n'augmente pas par agrégation comme le minéral, mais par la nutrition, c'est-à-dire par la pénétration de la nourriture dans toutes les parties de son intérieur , BUFF. , Min. t. I, p. 18
Je suis persuadé qu'on ne peut pas expliquer d'une manière satisfaisante la reproduction de l'animal et du végétal, si l'on n'a pas une idée claire de la façon dont peut s'opérer la nutrition , BUFF. , Hist. anim. ch. 3
XIVe s.
La nutrition ou digestion se fait mieux en dormant , ORESME , Eth. 30
XVe s.
Et alloient les Anglois, pour le temps que ce fust, cueillir les chardons aux champs, et les broyoient en un mortier, et la farine ils la destrempoient, et la donnoient à leurs chevaux, et de telle nourrisson ils les paissoient un grand temps , FROISS. , II, III, 52
XVIe s.
Nutrition est parfaite assimilation de la chose qui doit nourrir, avec la partie qui doit estre nourrie , PARÉ , Introd. 9
Provenç. nutricio ; cat. nutrició ; esp. nutricion ; ital. nutrizione ; du lat. nutritionem. Nutrition est fait sur le latin ; la forme française est la nourrisson.