NOUVELLISTE

Prononciation : nou-vè-li-st'
Nature : s. m.

1Celui qui cherche ou débite des nouvelles.
C'est là, comme vous savez, le fléau des petites villes, que ces grands nouvellistes qui cherchent partout à répandre des contes qu'ils ramassent , MOL. , Comtesse, 1
Les gens graves s'attroupaient aux allées les plus solitaires [des Tuileries], comme font ceux qu'on appelle les nouvellistes à (sic) Luxembourg , Mlle DE SCUDÉRY , les Conversations, Dialogue.
C'est une plaisante chose que les provinces : tout le monde y est nouvelliste dès le berceau, et vous n'y rencontrez que gens qui débitent gravement et affirmativement les plus sottes choses du monde , RAC. , Lett. à son fils, 9 juin 1695
Le devoir du nouvelliste est de dire : il y a un tel livre qui court , LA BRUY. , I
Le nouvelliste se couche le soir sur une nouvelle qui se corrompt la nuit, et qu'il est obligé d'abandonner le matin à son réveil , LA BRUY. , I
En nous donnant le caractère d'une femme nouvelliste, il [Juvénal] nous la représente débitant dans les compagnies, qu'il paraissait des comètes , BAYLE , Pens. div. LXXXI
Je te parlerai, dans cette lettre, d'une certaine nation qu'on appelle les nouvellistes, qui s'assemblent dans un jardin magnifique, où leur oisiveté est toujours occupée ; ils sont très inutiles à l'État, et leurs discours de cinquante ans n'ont pas un effet différent de celui qu'aurait pu produire un silence aussi long ; cependant ils se croient considérables, parce qu'ils s'entretiennent de projets magnifiques et traitent de grands intérêts , MONTESQ. , Lett. pers. 130
Et le vieux nouvelliste, une canne à la main, Trace au Palais-Royal Ypre, Furne, Menin , VOLT. , Événem. de 1744
2Nouvelliste à la main, rédacteur de nouvelles à la main. Nouvelle.
Dans l'ancienne langue on disait novelier, aimant la nouveauté , Lai du conseil