NOTRE

Prononciation : no-tr'
Nature : adj. poss.

1Qui est à nous. Notre père. Notre fille. Nos deux amis. Notre excellente mère.
Notre hôte cependant s'adressant à la troupe : Que vous semble, a-t-il dit, du goût de cette soupe ? , BOILEAU , Sat. III
2Notre, parmi le peuple, est quelquefois synonyme de mon. Ainsi un artisan dit : notre femme, notre ménagère, notre servante, notre maître, etc. 3Employé au lieu de mon par le souverain, les évêques, etc. dans les mêmes cas où ils emploient nous pour je ou moi. Notre ordonnance. Notre mandement. 4Notre, avec un sens indéterminé, se dit des gens dont nous parlons.
Toutes deux firent tant, que notre tête grise.... , LA FONT. , Fabl. I, 17
Nos deux époux suivaient, ne marchant qu'avec peine , LA FONT. , Philém. et Baucis.
Voilà comment s'y prit notre assiégeant , LA FONT. , Magn.
C'est un air pour une sérénade, que je lui ai fait composer ici, en attendant que notre homme fût éveillé , MOL. , Bourg. gent. I, 1
M. le baron de Sercour (c'était le nom de notre dévot) , MARIVAUX , Marianne, 9e part.
M. Swift est Rabelais dans son bon sens et vivant en bonne compagnie ; il n'a pas, à la vérité, la gaieté du premier, mais il a toute la finesse, la raison, le choix, le bon goût qui manque à notre curé de Meudon , VOLT. , Dict. phil. Prior, etc.
Si notre Alexandre avait connu cette invention [la poudre à canon], il n'aurait pas eu besoin de sa valeur pour conquérir le monde , VOLT. , Dial. d'Évhémère, XXIX, 12
Il n'est point ordinaire que la chair d'un oiseau de proie soit bonne à manger, comme l'est celle de notre caracara , BUFF. , Ois. t. IV, p. 158
5Notre, placé devant les adjectifs ou adverbes comparatifs, fait un superlatif relatif. Notre meilleur ami. Nos plus beaux arts. Nos moindres ennuis. IXe s.
Pro Deo amur et nostro commun salvament , Serment
XIe s.
Charles li reis nostre emperere magne , Ch. de Rol. I
Enveions i les filz de nos moillers [femmes] , ib. III
Se li servez [Mahomet], l'honur del champ ert [sera] nostre , ib. LXXII
Ce dist Rolans : nostre home sont mout proz , ib. CX
XIIe s.
Nos bons Franzois n'ont cure du fuïr , Ronc. 60
Legerement aurez les nos vengez , ib. 70
Or vont li nostre à grant destrucion , ib. 76
Car pleüst Deu, le nostre creator.... , ib. 79
Pour un des noz cinq des paienz prenez , ib. 101
XIIIe s.
À notre gent françoise la fist li rois monstrer , Berte, III
Ha ! rois Pepins, fait-ele, vo bien ne sont pas no [nôtres] , ib. XXX, 11
Ainsi ont no ministre cest ordre devisé , ib. XLV
Si lui donriens [donnerions] no [notre] terre et trestout nostre avoir , ib. LXV
XVIe s.
La victoire est nostre, compagnons, la victoire est nostre , AMYOT , Lucul. 54
Apportons-y seulement du nostre, l'obeissance et la subjection , MONT. , II, 226
Berry, noute, notre, le noûte, le nôtre ; picard, no ; provenç. nostre ; esp. nuestro ; port. nosso ; ital. nostro ; du lat. noster, de nos, nous. L'ancienne langue avait, de cet adjectif, deux formes qui se suppléaient : nostre au singulier et nostre au pluriel ; et nos qui était à la fois la forme du singulier et celle du pluriel. 1Adj. poss. qui a le même sens que le précédent, mais s'emploie sans substantif et avec l'article défini le, la, les.
Pour votre bien et pour le nôtre , VOIT. , Poés. Oeuvr. t. II, p. 200
Si.... Je n'aimais mieux juger sa vertu par la nôtre , CORN. , Pomp. V, 1
Ses intérêts sont-ils plus sacrés que les nôtres ? , RAC. , Bérén. IV, 5
Nous ne concevons pas qu'on puisse avoir d'autres idées que les nôtres, parce que nous n'en avons jamais eu d'autres nous-mêmes , CONDILLAC , Art de pens. II, 1
2Il s'emploie aussi sans article, mais alors il ne se place qu'après le substantif, et le plus souvent après le verbe. Ces effets sont nôtres.
Vous serez toute nôtre , CORN. , Hor. I, 3
Et n'appréhendez plus l'interruption nôtre , MOL. , le Dép. II, 7
Le concile de Trente reconnaissait bien que les mérites de Jésus-Christ et de sa passion étaient rendus nôtres par la justification , BOSSUET , Variat. III, § 34
3S. m. Le nôtre, ce qui est à nous. Nous défendons le nôtre. Il n'y va rien du nôtre, nous ne courons aucun risque.
Quand je ferai, disait-elle, ce tour, Qui l'ira dire ? il n'y va rien du nôtre , LA FONT. , Orais.
En tout ceci, madame, il ne va rien du nôtre ; Quoi qu'il puisse arriver, nous aurons l'un ou l'autre , REGNARD , les Ménechmes, V, 6
4Ce qui vient de nous. Ne mettons rien du nôtre dans le compte que nous avons à rendre.
Il m'a conté en détail toute l'histoire de cette province.... en récompense, je lui ai donné du nôtre, et cet échange a fait de grandes conversations , SÉV. , 20 sept. 1675
Si vous ne me parliez de vous et de vos occupations, je ne vous donnerais rien du nôtre, et ce serait une belle chose que notre commerce , SÉV. , 5 janv. 1676
Vous avez reçu la grâce au baptême.... nous n'y avons rien contribué du nôtre, et Dieu s'est montré si facile qu'il a même accepté pour nous les promesses de nos parents , BOSSUET , Sermons, Rechutes, 2
Pour moi, je ne sais rien ; n'attendez rien du nôtre , RAC. , Plaid. II, 14
5S. m. pl. Les nôtres, ceux qui sont de notre famille, nos parents. Nous et les nôtres. Ceux qui sont de notre pays, de notre parti, de notre compagnie.
Il y avait eu une sortie des ennemis, qui d'abord firent reculer les nôtres , PELLISSON , Lett. hist. t. III, p. 382, dans POUGENS
Tout est déjà commandé pour cela ; il faut que tu sois des nôtres, et Finette aussi , BOISSY , le Français à Londres, 6
Quoi ! mon oncle, c'est vous ? mon cher oncle est des nôtres ! , PIRON , Métrom. III, 9
6S. f. pl. Les nôtres, nos folies, nos farces ; usité seulement dans cette locution familière : Nous avons bien fait des nôtres, c'est-à-dire nous avons fait beaucoup de folies. Voy. NOTRE. Notre. Quant à la différence entre notre et nôtre, celui-ci représente exactement nostre, tandis que notre s'est abrégé, parce qu'il est enclitique.