NOMINATION

Prononciation : no-mi-na-sion ; en vers, de cinq syllabes
Nature : s. f.

1Action de nommer à quelque emploi. La nomination d'un directeur général. Les conférences se pensèrent rompre sur la nomination que fit la reine du cardinal pour député, LA ROCHEFOUCAULD, Mém. dans RICHELET, 2Effet de cette nomination. Sa nomination à un emploi lucratif. 3Droit de nommer à un emploi, à une dignité.
Il n'y a point de royaume dans lequel il n'y ait beaucoup de bénéfices à sa nomination [du pape] , VOLT. , Louis XIV, 2
Maintenant tout le sénat est à la nomination du roi , J. J. ROUSS. , Pologne, 7
XIVe s.
S'il estoit aucun peuple qui ne recongneust souverain en la temporalité, comme il soit de necessité que chascun peuple ait ung chief par lequel il soit gouverné, le pape pourroit, en tel cas, de sa pleine puissance, sans nominacion, elecsion et consentement du peuple, leur donner roi ou autre seigneur , le Songe du vergier, I, 127
Provenç. nomination ; esp. nominacion ; ital. nominazione ; du lat. nominationem, de nominare, nommer. NOMINATION. Ajoutez : 4Anciennement, action de nommer, de donner des noms.
Ce sont noms qu'il leur a donnés [aux Grâces] pour son plaisir ; aussi Homère, sans s'arrêter à cette nomination... , MALH. , Lexique, éd. L. Lalanne.