NOMINAL, ALE

Prononciation : no-mi-nal, na-l'
Nature : adj.

1Qui est relatif au nom.
Il arrive si souvent, et surtout en histoire naturelle, qu'une erreur nominale entraîne une erreur réelle.... , BUFF. , Ois. t. III, p. 352 Terme de logique. Définition nominale, sens donné, arbitrairement ou non, aux termes techniques dont on fait usage. La définition nominale est opposée à la définition réelle.
2Appel nominal, action d'appeler successivement par leur nom les membres d'une assemblée. Droit aux prières nominales, droit d'être nommé aux prières du prône.
On m'a assuré, mon révérend père, que, dans les services que vous faites pour ceux de notre maison, on ne m'y donnait pas les prières nominales, ce qui m'est dû incontestablement par la fondation , CH. DE SÉV. , dans SÉV. t. VII, p. 383, éd. RÉGNIER
3Adjectifs nominaux, nom donné quelquefois aux adjectifs qualificatifs.
Les adjectifs nominaux sont ceux qui qualifient par un attribut d'espèce, c'est-à-dire par une qualité inhérente et permanente, soit qu'elle naisse de la nature de la chose, de sa forme, de sa situation ou de son état, tels que bon, noir, simple, beau, rond , DUMARS. , Oeuv. t. IV, p. 168
4Qui est seulement de nom. Cela est purement nominal.
Cette multiplication arbitraire, cette stérile abondance d'espèces nominales, créées par le caprice des méthodes et la fantaisie des systèmes , BUFF. , Ois. t. XIII, p. 301 Valeur nominale, valeur exprimée sur un papier monnaie, sur un effet de commerce, etc. et qui est ordinairement au-dessus de la valeur réelle.
5Terme de scolastique. Qui appartient à la philosophie nominaliste.
La dispute entre ces deux sectes [les nominaux et les réalistes] fut si vive qu'on en vint aux mains en Allemagne, et qu'en France Louis XI crut devoir défendre la lecture des livres nominaux ; ainsi l'autorité sévit contre ceux qui avaient raison : l'autorité ne raisonne pas , CONDIL. , Art de pens. I, 8 Substantivement. Les nominaux, les partisans de la philosophie nominaliste.
Le roi [Louis XI], qui, à la persuasion de son confesseur, s'était d'abord déclaré pour les réalistes, avait fait clouer et enchaîner dans les bibliothèques les livres des nominaux , DUCLOS , Oeuv. t. III, p. 281
XVIe s.
Budée, pour la plus part antiquaire ou, comme parloyent les anciens, nominal, addonné aux mots et vocables, en faisant de nouveaux et remettant ou resuscitant des vieux, lesquels quelques fois demeureroyent aussi bien ensevelis qu'en lumiere , DU VERDIER , Biblioth. p. 472, dans LACURNE
Lat. nominalis, de nomen, nom. NOMINAL. Ajoutez : 6Fête nominale, la fête pour le nom d'une personne. 7Terme de commerce. Être nominal, se dit d'un objet de commerce que l'on cote pour la forme, et qui, pour le moment, ne trouve pas acheteur.
Depuis dix jours, les farines de consommation sont nominales aux cours ci-après , Journ. offic. 24 juin 1872, p. 4260, 1re col. À un prix presque nominal, presque pour rien, Journ. offic., 23 juin 1872, p. 4241, 2e col.