NOCTURNE

Prononciation : no-ktur-n'
Nature : adj.

1Qui arrive pendant la nuit.
Auguste défendit aux jeunes gens de l'un et l'autre sexe d'assister à aucune cérémonie nocturne, s'ils n'étaient accompagnés d'un parent plus âgé , MONTESQ. , Esp. XXV, 15
Amants heureux ! dans la nature entière Tout vous invite aux tendres voluptés : Les yeux sur vous, la nocturne courrière, D'un pas plus lent, marche dans sa carrière , MALFIL. , Narcisse, ch. I
La terre suit ; Mars moins rapide D'un air sombre s'avance et guide Les pas tardifs de Jupiter ; Et son père, le vieux Saturne Roule à peine son char nocturne Sur les bords glacés de l'éther , MALFIL. , le Soleil fixe au milieu des planètes
Et toi, lampe nocturne, astre cher à l'amour , A. CHÉN. , Élég. la Lampe.
Il ne crut pas devoir placer toute sa division dans la ville haute, au delà d'une rivière, d'un défilé et sur la crête d'un précipice dans lequel une attaque nocturne aurait pu le jeter , SÉGUR , Napol. IX, 2
Un rayon de l'astre nocturne, Glissant sur mon front taciturne, Vient mollement toucher mes yeux , LAMART. , Médit. I, 4
.... un autre poëte.... Dans son âme envie et répète Ton hymne nocturne aux forêts , LAMART. , Harm. IV, 6 (au rossignol). Douleurs nocturnes, douleurs qui se font plus sentir la nuit que le jour ; c'est entre autres un des symptômes des douleurs syphilitiques. Terme d'astronomie. Arc nocturne, arc que le soleil décrit ou parait décrire pendant qu'il est au-dessous de l'horizon. Arc semi-nocturne, la moitié de cet arc.
2Qui agit, veille pendant la nuit.
Si, tremblant à ces bruits étranges, Quelque nocturne voyageur En se signant demande aux anges Sur qui sévit ce dieu vengeur , V. HUGO , Ball. 13 Terme de botanique. Fleurs nocturnes, fleurs qui s'épanouissent à la tombée de la nuit et se ferment le lendemain matin. Se dit aussi des plantes qui répandent une odeur agréable la nuit et sont inodores le jour. Terme de zoologie. Oiseaux nocturnes, et, substantivement, les nocturnes, nom d'une section des oiseaux rapaces qui ne chassent que la nuit. Il ne faut pas s'imaginer que les oiseaux qu'on nomme nocturnes chassent dans les ténèbres les plus profondes ; ils ont toujours besoin d'un certain degré de lumière pour diriger leur vol. BONNET, Contempl. nat. XII, 28.
La plupart de ces oiseaux aquatiques paraissent être demi-nocturnes : les hérons rôdent la nuit, la bécasse ne commence à voler que le soir, le butor crie encore après la chute du jour , BUFF. , Ois. t. XIII, p. 351
3S. m. Partie de l'office de la nuit composée d'un certain nombre de psaumes et de leçons. Le premier, le second, le troisième nocturne. 4Terme de musique. Romance à deux voix ; ce mot a d'abord été synonyme de sérénade. Mme Pauline Duchambge est l'auteur de nocturnes fort harmonieux. Morceau de piano d'un caractère un peu rêveur. Le Retour d'Henri Barbara est un agréable nocturne. XIVe s.
Li Sabin estoient las tant pour la voie come pour le notturne labeur , BERCHEURE , f° 36, verso.
XVIe s.
Di-moy l'amant qui, nouant [nageant] en la mer, Alloit, de nuist, les nopces consommer, Et le nocturne embrassement receu.... , MAROT , IV, 103
Avec douleurs nocturnes extremes à la teste, espaules, jointures et autres parties , PARÉ , XVI, 1
Provenç. nocturn ; esp. nocturno ; ital. notturno ; du lat. nocturnus, de nox, nuit. On a dit nocturnel : XIIe s.
De ceest ke ceste visions est apeleie nocturneiz , Job, 479