NIVELLEMENT

Prononciation : ni-vè-le-man
Nature : s. m.

1Branche de la géométrie pratique qui a pour objet de mesurer la différence des niveaux des points terrestres, ou de faire connaître combien un point de la surface du globe est plus près ou plus loin du centre qu'un autre point.
M. de Louvois appliqua les géomètres de l'Académie à de grands nivellements nécessaires pour les aqueducs et les conduites d'eaux que voulait faire le roi , FONTEN. , Lahire.
Il fit plusieurs nivellements par les ordres du même ministre ; car alors il était fort question de conduire des eaux, et l'on a obligation à celles de Versailles d'avoir porté à un haut point la science du nivellement et de l'hydraulique , FONTEN. , ib. Nivellement barométrique, nivellement exécuté à l'aide d'un baromètre. Nivellement par rayonnement, celui qu'on obtient sans changer de place. Terme d'architecture. Opération par laquelle on cherche, ou bien l'on établit une ligne horizontale sur le terrain, soit pour y asseoir des constructions, soit pour en faire dériver des pentes ou plans inclinés.
2Action de rendre un plan uni et horizontal.
Telle est l'action des eaux sur la terre ferme ; et l'on voit qu'elle consiste presque uniquement en nivellements, et en nivellements qui ne sont pas indéfinis , CUV. , Révol. p. 38
3Fig. Action de rendre égal. Le nivellement des fortunes, des conditions, des rangs.
Les auteurs classiques du siècle de Louis XIV se sont élevés à un rang que toutes les révolutions du globe et tous les nivellements faits de nos jours n'ont pu leur ôter , GENLIS , Mém. t. VIII, p. 134, dans POUGENS
Niveler 1.