nicolaisme

Prononciation : ni-ko-la-i-sm'
Nature : s. m.


Nom donné, dans les Xe et XIe siècles de l'ère chrétienne, au mariage des évêques et des prêtres, qui s'était introduit plutôt par oubli et ignorance que par la violation consciente des lois canoniques , Journ. offic. 15 janv. 1874, p. 426, 1re col.
Contre le clergé qui s'obstinait à pratiquer le nicolaïsme, le pape trouva des auxiliaires dans les moines et dans les populations elles-mêmes , RAMBAUD , Journ. offic. 4 août 1876, p. 5950, 2e col.
Nicolas, diacre des premiers temps chrétiens (Eusèbe, Hist. eccl. III, 29), dont on raconte une histoire fort douteuse et dont on prétend que les disciples furent livrés à l'impureté (voy. NICOLAÏTE au Dictionnaire).