NICHER

Prononciation : ni-ché

1V. n. Faire son nid.
Si le rossignol pouvait parler, il dirait à ces docteurs [qui soutiennent la liberté d'indifférence] : je suis invinciblement déterminé à nicher, je veux nicher, j'en ai le pouvoir et je niche , VOLT. , Philos. Princ. d'act. 12
Il [le vautour] niche dans les forêts épaisses et désertes sur les arbres les plus élevés , BUFF. , Ois. t. I, p. 224 Fig.
En mille endroits nichait l'amour , LA FONT. , Tabl.
Il se dit aussi de certains quadrupèdes.
À la Louisiane et en Canada, où les ours noirs sont très communs, et où ils ne nichent pas dans les cavernes, mais dans de vieux arbres morts sur pied et dont le coeur est pourri , BUFF. , Quadrup. t. III, p. 33
2V. a. Familièrement. Placer en quelque endroit, enfermer.
La voici ; dans ma chambre allez me la nicher [Agnès] , MOL. , Éc. des femmes, V, 6 Nicher quelqu'un en prison, ou, absolument, le nicher, le mettre en prison. Fig.
Quand on veut rendre les gens ridicules et méprisables, il faut les nicher dans quelque ouvrage qui aille à la postérité , VOLT. , Lett. d'Alembert, 6 janv. 1761
3Fig. Se nicher, v. réfl. Se poster, comme dans un nid, en quelque coin écarté.
Les jésuites de Compiègne qui ne se sont nichés là que depuis un an , GUI PATIN , Nouv. lett. t. II, p. 198, dans POUGENS
Notre maître Mitis.... Blanchit sa robe et s'enfarine, Et, de la sorte déguisé, Se niche et se blottit dans une huche ouverte , LA FONT. , Fabl. III, 18
Se fait petit, se serre, au bord [du lit] se va nicher , LA FONT. , Gascon puni. Cet homme s'est niché dans une bonne maison, il a trouvé une bonne retraite, un bon établissement. Il se dit aussi des sentiments, des passions, des idées, etc. qui prennent pied dans l'esprit, dans le coeur.
Le pauvre court après lui [Molière qui lui avait fait l'aumône], et lui dit : Monsieur, vous n'aviez peut-être pas dessein de me donner un louis d'or, je viens vous le rendre. - Tiens, mon ami, dit Molière, en voilà un autre, et il s'écria : où la vertu va-t-elle se nicher ! , VOLT. , Mél. litt. Vie de Molière.
XIIe s.
Cilz aloient la nuit jonchier Là où se souloient nichier Es tas de blez et muelons , Brut, ms. f° 103, dans LACURNE
XVe s.
Et li oiselet ne sont lent, Chascun an, de leur nid niser, Et, par nature, eulx aviser De pondre, couver et esclore , E. DESCH. , Poésies mss. f° 487
Les Anglois se nichoient dans les chasteaux voisins , Mém. s. du Guesclin. ch. 7
Berry, niger ; de nid, par l'intermédiaire d'un thème fictif nidicare, justifié par le latin nidicus, de nidus, nid. Nidifier se trouve dans un texte du XIIe siècle :
Jamais en altre liu ne nidifiera , Th. le mart. 163