NEUVAINE

Prononciation : neu-vè-n'
Nature : s. f.

1L'espace de neuf jours consécutifs, pendant lesquels on fait quelque acte de dévotion.
S'il nous arrive quelque maladie ou quelque affaire fâcheuse, c'est alors que nous commençons à faire des neuvaines à tous les autels, et à fatiguer véritablement le ciel par nos voeux , BOSSUET , Sermons, Culte dû à Dieu, 2
2Réunion de neuf personnes.
En ce malheureux siècle où chacun vous [les Muses] méprise, Et quiconque vous sert n'en a que de l'ennui, Misérable neuvaine, où sera votre appui, S'il ne vous tend les mains et ne vous favorise ? , MALH. , IV, 1 Il s'est dit pour assemblage de neuf choses.
XVIe s.
Adieu, troupe sçavante, adieu, belle neuvaine , RONS. , 678
...admirant la belle Calliope, Je devins amoureux de sa neuvaine trope , RONS. , la Forêt de Gastine.
Provenç. esp. et ital. novena ; du lat. novenus, dérivé de novem, neuf (voy. NEUF 1).