NEUF, EUVE

Prononciation : neuf, neu-v' ; au pluriel masculin, l's ne se lie pas : des habits neuf et beaux ; cependant quelque
Nature : adj.

1Qui est fait depuis peu. Une maison neuve. Un meuble neuf.
Tous les jours un visage neuf [par le fard] ; Certes c'est en visage un peu trop de dépense , BRÉBEUF , dans le Dict. de RICHELET. En parlant des sentiments qui ont conservé toute leur vivacité.
Pour tous les siens ma haine est encor toute neuve , V. HUGO , Hernani, I, 2
Fig. Faire corps neuf, se rétablir après une grave maladie, en sorte qu'il semble que le corps soit renouvelé. Fig. Faire maison neuve, renvoyer tous ses domestiques, et en prendre d'autres.
2Qui n'a point encore servi. Habit neuf. Cela arrivera plutôt que robe neuve, se dit d'une chose que l'on redoute. Populairement. Tout battant neuf, tout neuf. Cheval neuf, cheval qui n'a point encore servi. Terme de service sanitaire. Homme neuf, homme qui n'a pas voyagé aux lieux d'outre-mer où règnent parfois des maladies contagieuses. Fig. Ce valet fait balai neuf, se dit quand il sert bien les premiers jours de son entrée dans une maison, et qu'après il se relâche. On dit dans le même sens : C'est un balai neuf, et : Il n'est rien tel que balai neuf. 3Qui a peu servi. Cet habit n'est pas usé, il est encore tout neuf. 4Terre neuve, terre qui n'est mise en valeur que depuis peu, et aussi terre rapportée qui n'a point encore servi à la végétation. Bois neuf, bois venu par voiture ou bateau, par opposition à bois flotté. 5Moins ancien. Dans cette ville-là il y a deux châteaux, le château vieux et le château neuf. La vieille ville et la ville neuve. 6Qui vient d'arriver, d'être fait.
Voilà [un récit] qui est tout neuf d'hier au matin , SÉV. , 27 mai 1672
Il y a un opéra tout neuf qui est fort beau , SÉV. , 20 janv. 1675 Familièrement. Voilà qui est tout neuf pour moi, voilà une chose toute neuve pour moi, c'est-à-dire voilà une chose dont je n'avais pas entendu parler, dont je n'avais pas d'idée.
7En parlant des personnes, qui n'a point encore d'expérience en quelque chose. Il est neuf aux affaires, Il est tout neuf dans ce métier-là.
[Un oeuf] Frais et nouveau pondu : gardez bien de le dire, On m'appellerait poule.... La femme neuve sur ce cas, Ainsi que sur mainte autre affaire, Crut la chose... , LA FONT. , Fabl. VIII, 6
Renaud n'était si neuf qu'il ne vît bien... , LA FONT. , Orais.
Garçon très neuf, hors sa boutique , LA FONT. , Nic.
Comme je sais que vous n'êtes jamais venu en ce pays, et que vous y êtes tout neuf, je suis bien aise de vous avoir trouvé, pour vous offrir mon service à cette arrivée , MOL. , Pourc. I, 5
C'était un plaisir de l'entendre causer [le comte d'Estrées] avec mon fils.... il sait tout, il n'est neuf sur rien , SÉV. , 20 nov. 1689
Il n'y a personne qui n'entre tout neuf dans la vie , FONTEN. , Montaigne, Socrate.
Moi, je suis assez neuf sur ces démarches-là , DESTOUCH. , Glorieux, IV, 9
Je trouvais impossible qu'il résistât : hélas ! que j'étais neuf ! il n'en fut pas seulement ému , MARIVAUX , Pays. parv. part. IV
J'imagine un homme tel qu'on peut croire qu'était le premier homme au moment de la création.... tout neuf pour lui-même et tout ce qui l'environnait , BUFF. , Des sens.
8Qui n'a pas été encore agité par les passions. Avoir un coeur tout neuf.
Une âme neuve, ingénue et sensible , MARMONTEL , Mém. XI
Mais jusqu'ici votre âme encor neuve et docile A respiré l'air pur qui règne en cet asile , M. J. CHÉN. , Fénel. I, 2 Il se dit d'une jeune fille dont le coeur n'a pas encore connu l'amour.
Elle était fraîche [Mlle Wels] et paraissait neuve , HAMILT. , Gramm. 9
Un page Dénichant enfin à son tour Fille de vingt ans neuve et sage , BÉRANG. , M. de Charlemagne
On dit dans un sens analogue : avoir des sens tout neufs.
9Novice, naturel, franc.
Ç'a été un grand jeu pour Son Éminence [le cardinal de Retz], qu'un esprit neuf comme celui de notre ami [Corbinelli] , SÉV. , 30 juin 1677
Ah ! que je comprends bien les sincères admirations de Pauline [la fille de Mme de Grignan] ! que cela est naïf, que cela est vrai, que toutes ses surprises sont neuves ! , SÉV. , 23 févr. 1689
Tous ses sentiments [du jeune marquis de Grignan] sont tout neufs, toutes ses paroles ont leur force, la vérité règne dans tout ce qu'il dit , SÉV. , 4 janv. 1690
10En parlant des pensées et des ouvrages d'esprit, qui n'a pas encore été dit, traité, produit, employé.
Mon sujet était tout neuf après le livre de Locke, et je crains fort qu'il ne le soit encore après le mien , J. J. ROUSS. , Ém. Préf.
Il n'y a personne qui ne tire quelquefois de son propre fonds des pensées qu'il ne doit qu'à lui, quoique peut-être elles ne soient pas neuves , CONDIL. , Conn. hum. II, 2, 3
C'était bien le plan le plus original, le plus beau, le plus neuf ! , MÉRIMÉE , la Guzla, avertissem.
11S. m. Ce qui n'a pas encore servi, ce qui vient d'être fait. Coudre le neuf avec le vieux. Fig. Ce qui a le caractère de la nouveauté, de l'innovation, du rajeunissement.
Je croyais qu'on allait faire Du grand et du neuf , BÉRANG , Restauration de la chanson.
À neuf, loc. adv. qui se dit en parlant de choses qu'on raccommode, et qu'on renouvelle en quelque sorte. Refaire un bâtiment à neuf. Les armées françaises vont être organisées de nouveau, et les bataillons enrégimentés et habillés à neuf, Corresp. du général Klinglin, I, 159.
12De neuf, loc. adv. qui s'emploie surtout dans cette phrase : habiller de neuf, tout de neuf, c'est-à-dire avec des habits neufs. Il a fait habiller ses gens de neuf. NEUF, NOUVEAU. Neuf signifie une chose faite par art et qui n'est pas encore mise en usage, comme un livre neuf qui n'a pas encore été usé ni sali, quoique peut-être il soit imprimé et relié depuis beaucoup d'années. Nouveau est ce qui est fait ou mis en évidence depuis peu de temps, comme un nouveau livre, qui a été nouvellement composé, encore qu'on aurait déjà flétri les feuillets et sali la couverture. Une chose peut être neuve sans être nouvelle, et nouvelle sans être neuve. XIIIe s.
En son nuef ostel entrer , Nouv. rec. de fabl. et contes anc. t. I, p. 367
Ou se li serjans veut conter d'aucun ouvrage noef, fet por le profit de son segneur , BEAUMANOIR , XXIX, 18
La matiere est et bone et noeve , la Rose, 39
[Jehan] N'ot mie vestu robe viés [vieille] ; Car il l'avoit noeve achetée , Bl. et Jehan, 4529
XVe s.
Veez-vous ce mur illec ?... - Oïl, sire, dis-je ; pourquoi le dites-vous ? - Je le dis pourtant, dit le chevalier, que vous veez bien que il est plus neuf que les autres , FROISS , II, III, 7
Ung cueur loyal de fine espreuve A plus de joye, quoy qu'il tarde, Que n'ont ceulx qui font dame neuve , AL. CHART. , le Débat du reveille-matin.
Monsieur de Baillevant, quoy de neuf ? , VILLON , Dialogue de messieurs de Malepaye et Baillevant.
Ils desappoincteront ceulx qui bien auront servy leurs predecesseurs, pour faire gens neufs , COMM. , V, 18
XVIe s.
Ung collier n'est jamais si neuf que le premier jour qu'on le met ; car le temps envieillit toutes choses , DESPER. , Cymbal. 165
Ce vous sera une grande aisance, et vous espargnera les frais de bastir des logis à neuf , O. DE SERRES , 471
On appelloit Caton homme neuf ; et quant à luy, il confessoit bien estre voirement homme neuf quant aux honneurs ; mais, quant aux bienfaits et bons services de ses predecesseurs, il maintenoit qu'il estoit très ancien , AMYOT , Cat. 1
Ilse tira avec trois mille hommes dedans la ville de Carthage la neufve , AMYOT , Sertor. 10
Cette narration n'a non plus d'accord avec nos terres neufves [le nouveau monde] , MONT. , I, 233
Il est bien neuf, il durera longtemps , OUDIN , Curios. franç.
Bourg. et picard, neu ; Berry, neu ; wallon, noû, noûve ; Hainaut, nué, nuéfe ; prov. nou, nueu ; catal. nou ; espagn. nuevo ; portug. novo ; ital. nuovo ; du lat. novus ; allem. neu ; angl. new ; persan, nau ; sanscr. nava ; tous mots ayant vraisemblablement pour racine la particule démonstrative sanscr. nu, nû ; grec, vù, vùv ; lat. nunc, maintenant.