NASARDE

Prononciation : na-zar-d'
Nature : s. f.

Chiquenaude sur le nez.
Et Mars jura par saint Firmin Qu'il voulait donner des nasardes Au beau monsieur de Neuf-Germain , VOIT. , Poésies, Oeuv. t. II, p. 160
Je recevrais vingt nasardes , BARON , Coquette et fausse prude, III, 1
Et bourré par les gardes, N'est, pour tout son savoir, payé que de nasardes , DU CERCEAU , Incomm. de la grand. III, 7
Je ne m'accommoderai jamais à cet original-là.... ce qu'il vient de faire mériterait cent nasardes , DESTOUCHES , Tambour nocturne, II, 10 Fig. et familièrement. Donner une nasarde, des nasardes à quelqu'un, se moquer de lui.
Chacun pourra lui [à un auteur] donner sa nasarde, L'appeler buffle et stupide achevé , J. B. ROUSS. , Ép. I, 1
Votre indignation, mon cher philosophe, est des plus plaisantes ; j'aime vous voir rire au nez des polichinelles, à qui vous donnez tant de nasardes , VOLT. , Lett. d'Alemb. 1er mai 1765
Recevoir, essuyer des nasardes, être moqué, insulté.
Je voudrais bien savoir quel plaisir prennent les puissances chrétiennes à recevoir tous les jours des nasardes sur le nez de leurs ambassadeurs, dans le divan de Stamboul , VOLT. , Lett. Cte de Voronzof, 26 fév. 1769
Il est dur de se déplacer à cinquante ans ; mais il ne l'est pas moins de rester chez soi pour y essuyer des nasardes , D'ALEMB. , Lett. à Volt. 30 juin 1765
Homme à nasardes, homme fait pour être méprisé et moqué impunément.
Ils traitent les savants de faquins à nasardes , MOL. , Fâch. III, 2
Moi, monsieur ! - Il me craint.... vous faites le plongeon, Petit noble à nasarde enté sur sauvageon , REGNARD , le Joueur, III, 11
En forme d'interjection.
Et la gloire a crié.... Victoire à Catherine, Nasarde à Mahomet ! , VOLT. , Lett. à Cath. 18
XVIe s.
Je veulx qu'ils donnent une nasarde à Plutarque sur mon nez, et qu'ils s'eschauldent à injurier Seneque en moy , MONT. , II, 98
Lat. nasus, par l'intermédiaire de nasard, qui a rapport au nez.