NAGE

Prononciation : na-j'
Nature : s. f.

1Action de nager. La nage est un exercice salutaire.
La quantité de graisse dont l'ours est chargé le rend très léger à la nage ; aussi traverse-t-il sans fatigue des fleuves et des lacs , BUFF. , Quadrup. t. III, p. 36 On dit plus habituellement natation ; et même l'Académie ne donne nage que dans les locutions à la nage, en nage. À la nage, loc. adv. En nageant.
[Un potage] D'où les mouches à jeun se sauvaient à la nage , RÉGNIER , Sat. X
Il a fait passer le Rhin à la nage par cent maîtres, leur donnant ordre de charger les ennemis en queue , PELLISSON , Lett. hist. t. I, p. 149, dans POUGENS
Le petit la Troche a passé des premiers à la nage, on l'a distingué , SÉV. , 149
Vieux bâtiment usé par tous les flots, Il [le monde] s'engloutit ; sauvons-nous à la nage , BÉRANG. , Suicide.
Se jeter à la nage, se jeter à l'eau pour nager. On a dit aussi à nage.
De vos ponts commencés abandonnez l'ouvrage ; Français, ce n'est qu'un fleuve, il faut passer à nage , CORN. , les Vict. du roi en 1672
Les autres se jetèrent à nage dans la rivière , CHARPENTIER , Éloge d'Agésilas.
Je ne comprends point le passage du Rhin à nage , SÉV. , 19 juin 1672
C'est là qu'on te voit à nage Fendre les flots écumeux , CHAULIEU , Ode au duc de Vend. 1715
Je l'ai laissé sauvant à nage Sur le rocher du château d'If Sa muse et tout son équipage , CHAULIEU , Sur Chapelle.
Par extension.
On voit de temps en temps de grandes campagnes où le riz tout vert est à nage , CHOISY , Voy. de Siam, p. 384, dans GODEFROY, Lex. de Corn. t. II, p. 67
2Terme de marine. Action de ramer, jeu des rames. Donner la nage, diriger le canot, ou régler la vitesse de sa marche. Bancs de nage, bancs qui servent aux canotiers. Tente de nage, toile tendue sur une chaloupe pour abriter les rameurs. Bonne de nage, se dit d'une chaloupe facile à manier. 3Partie d'un train de bois de flottage. 4Morceau de bois du bachot où pose la platine de l'aviron, quand l'aviron est au touret. 5Familièrement. Être en nage, tout en nage, être tout trempé, tout mouillé de sueur.
Harpagême revint essoufflé, tout en nage , LA FONT. , Florentin, 9
Nous sommes venus comme un trait : Emile est tout en nage ; une main chérie daigne lui passer un mouchoir sur les joues , J. J. ROUSS. , Ém. V
XIIe s.
Venir à Luque par haute mer à naje , Raoul de C. 172
XIIIe s.
Que tout par tout peüst sans nage [sans passer l'eau] Errer deseur son palefroi , Lai du conseil
Et d'autre part, se vin par nage Ne venoit, ce seroit la rage , Nouv. rec. de fabl. t. I, p. 309
XVIe s.
Se sauver à nage hors d'un esquif qui faict eau , MONT. , II, 222
Que l'homme se debvoit pourveoir de munitions qui flottassent sur l'eau et peussent à nage eschapper avecques luy du naufrage , MONT. , I, 277
Le desespoir tiroit ces plaintes de ma bouche ; En mes larmes desjà à nage estoit ma couche , DESPORTES , Tombeau de Desportes.
Voy. NAGER. Quant à la locution être en nage (wallon, ête en nange ; Hainaut, ête en nache, nanger, nager), qui est singulière, Rochefort, Delatre, Mahn l'ont expliquée par être en age, c'est-à-dire être en eau, age étant une des anciennes formes de eau. Que age ait été dit pour aigue ou aige, cela n'est pas douteux ; mais on ne voit dans aucun texte que age se soit assez conservé dans le parler vulgaire pour qu'il ait donné lieu à la locution et à la confusion. Il vaut mieux y voir le mot nage. Quelques-uns disent non pas être en nage mais être à nage (voy. à l'historique l'exemple de Desportes) ; locution qui ne comporte plus age, eau. De plus le wallon dit ête en nange, là il n'y a plus de confusion entre nange et age, eau ne s'étant jamais dit ange ; et nager se dit nanger dans les patois du nord. Être à nage ou en nage, c'est proprement nager dans l'eau, et fig. Être tout mouillé de sueur. NAGE. Ajoutez : 6Anciennement, se mettre en nage, commencer une navigation.
Elle [Calypso] lui dit [à Ulysse] de se mettre en nage jusqu'au port des Phéaques.... il se mit à nage , RAC. , Lexique, éd. P. Mesnard. C'est une vieille locution (voy. NAGE à l'historique).
Ajoutez : Que, dans la locution être en nage, nage soit le substantif du verbe nager, cela est mis hors de doute par ces vers : Mandez partout et par terre et par nage, Que ne remaignent pour vent ne pour orage, Ne pour essoigne, fors prison et malage, ADENES, les Enfances Ogier, V. 383. Cette locution était fort usitée ; elle se trouve bien avant Adenes dans le Roman d'Alixandre, p. 513 : Mon confanon portastes et par tiere et par nage. Par nage veut dire par navigation ; mais il est si exactement opposé à par terre, qu'il signifie aussi par eau. De cette signification détournée prise par nage vient l'expression être en nage.