NACELLE

Prononciation : na-sè-l'
Nature : s. f.

1Petit bateau qui n'a ni mât ni voile. Il passa la rivière dans une nacelle. 2Petit bateau qu'on suspend à un ballon.
C'est un ballon : voici la banderole, Et la nacelle et le navigateur , BÉRANG. , Feu du prisonn.
3Fig. La vie, le sort, comparé à une nacelle qui vogue.
Sur une onde tranquille, Voguant soir et matin, Ma nacelle est docile Au souffle du destin , BÉRANG. , Nacelle.
Qui vient encor saluer la nacelle ? C'est le malheur bénissant la vertu , BÉRANG. , Comm. du voyage. La nacelle de saint Pierre, l'Église catholique romaine.
4Terme d'architecture. Moulure ayant pour profil un demi-cercle ou le double du quart de rond (voy. SCOTIE), ainsi dite parce qu'elle a l'apparence d'un petit bateau. 5Terme de botanique. Partie de la corolle des fleurs papilionacées qu'on nomme plus généralement carène. Terme de zoologie. Nom marchand d'une espèce de patelle. XIe s.
Dreit à Lalice, ço fut citet mult bele, Iloec arivet sainement la nacele , St Alexis, XVII
XIIIe s.
Il ont guerpi la grant nef ; mais il emmenerent une petite nachiele où il n'avoit riens , H. DE VALENC. , XXXII
XIVe s.
C'est l'estoile qui par mer me conduist, C'est la nasselle Forte, seüre et plaine de deduit , MACHAUT , p. 128
XVIe s.
La nasselle de saint Pierre et ses successeurs ont maintenant changé de maniere de pescher , D'AUB. , Conf. I, 6
Wallon, nèsale ; namur. nasale. Du Cange le dérive du bas-lat. naca, nacelle, all. Nachen. Diez le tire du latin navicella, diminutif de navis ; avec raison, car on a, dans la géographie du moyen âge, Navicellae, nom de lieu dit aujourd'hui Nazelles, près d'Amboise.