MUTILATION

Prononciation : mu-ti-la-sion ; en vers, de cinq syllabes
Nature : s. f.

1Action de mutiler.
Toute mutilation énerve le corps et le défigure , VOLT. , Lett. d'Argental, 3 nov. 1766 Terme de chirurgie. Retranchement d'un membre.
2Par extension, destruction partielle de statues, de monuments, de tableaux. Réparer les mutilations d'une statue, d'un arc de triomphe, d'un tableau. 3Fig. Suppression de passages dans une oeuvre littéraire.
Votre Majesté n'a pas d'idée de la détestable inquisition qu'on exerce sur tous les ouvrages, et des mutilations intolérables qu'on fait essuyer à tous ceux qu'on croit capables de dire quelques vérités , D'ALEMB. , Lett. au roi de Pr. 9 avr. 1773
XIVe s.
Agait et de fait appensé, desquelles coses plusieurs occisions, mutilations et plusieurs autres injures souventes fois avenoient.... , Ordonn. des rois, t. I, p. 57
XVIe s.
La peine du vaincu estoit la mort, ou mutilation de membres , LOYSEL , 819
Le tronçonnement et la mutilation des hermes de Mercure , AMYOT , Nic. 23
Provenç mutilacio ; espagn. mutilacion ; ital. mutilazione ; du lat. mutilationem, de mutilare, mutiler.