MUSCADIN

Prononciation : mu-ska-din
Nature : s. m.

1Petite pastille à manger où il entre du musc.
Cette plaisante contestation, née à l'hôtel de Rambouillet, s'il fallait dire muscardins ou muscadins, qui fut jugée par l'Académie en faveur du premier , PELLISSON , Hist. de l'Acad. III
2Fig. Petit-maître, homme qui affecte une grande recherche dans son costume ; ainsi dit du parfum des muscadins (dénomination qui est née durant la Révolution et que Mme de Genlis condamne dans ses Mémoires, t. V, p. 92).
Afin de vivre à ma guise en faisant la fortune d'un joli muscadin de bonne volonté , GENLIS , Parvenus, t. III, p. 48, dans POUGENS
Dans une autre lettre, il [Bonaparte] montrait beaucoup de jalousie sur la société de Joséphine, et surtout des jeunes muscadins qu'elle recevait journellement , GENLIS , Mém. t. V, p. 300, dans POUGENS S'est dit, en particulier, des élégants à l'époque de la république, qui se joignirent au parti thermidorien et plus tard au parti royaliste.
Déclara que les nobles, les prêtres et les muscadins étaient prêts à égorger les citoyens , MORELLET , Mém. t. I, p. 94, dans POUGENS
Du linge blanc, un habit fin ; Oh ! cet homme est un muscadin , AL. DUVAL , les Suspects, sc. 16
XVIe s.
Garnir et bas et haut de roses et de noeuds, Les dents de muscadins, de poudre les cheveux , D'AUB. , Tragiques, Princes.
Muscade. MUSCADIN. Ajoutez : - REM. Muscadin, au sens de petit-maître, est antérieur à la révolution. Lamettrie, la Faculté vengée, II, 8 (1747), a désigné sous le nom de Muscadin, un médecin de Paris nommé Sidobre, petit-maître empesé, parfumé : " Muscadin : Je suis tout or, jusqu'à mes boucles et mon plat à barbe. " Muscadin est, en outre, le nom d'un personnage comique dans un tableau de Watteau représentant une fête populaire à Lille, nommée fête du Broquelet (du fuseau ;) voy. Mme CLÉMENT, Fêtes civiles et religieuses du département du Nord.