MOYENNER

Prononciation : mo-iè-né ; plusieurs disent moi-ièné
Nature : v. a.

Procurer par entremise, par secours.
Si Clarice une fois est en notre puissance, Crois que c'est un bon gage à moyenner l'accord, Et rendre en le faisant ton parti le plus fort , CORN. , la Veuve, III, 1
Que le prêtre approche de l'autel comme Jésus-Christ, par sa puissance ; qu'il y assiste comme un ange, par son respect ; qu'il y serve comme un saint, par la pureté de sa vie ; qu'il y offre les voeux du peuple comme un pontife, par sa charité envers le prochain ; qu'il y moyenne la paix comme médiateur, par son zèle pour la gloire de Dieu , BOURD. , Exhort. sur la dignité et les dev. du prêtre, II
Pendant la guerre de Lamia, Antipater fit prisonniers plusieurs Athéniens ; Xénocrate fut député de la république pour moyenner leur délivrance auprès d'Antipater , FÉN. , Xénocrate
L'empereur avait moyenné la paix entre la Suède et le Danemark , SAINT-SIMON , 85, 400 Populairement. Il n'y a pas moyen de moyenner, c'est-à-dire la chose est impossible.
XIIIe s.
Et pourra ledit dean [doyen] quenoistre [connaître], ordener, prononcer et meeisner sur ledit descort , DU CANGE , mediare.
XVe s.
Semblablement y envoya le comte Palatin et les Suisses pour moyenner et pacifier , COMM. , VII, 3
XVIe s.
Ceste Hersilia depuis fut cause de moyenner et traitter appointement entre les Sabins et ceulx de Rome , AMYOT , Rom. 20
Le plaisir parfaict et divin que la vertu nous moyenne , MONT. , I, 70
Moyen 1 et 2.
On a dit moyenneur dans le sens de médiateur : Stancarius disoit que Jesus Christ estoit nostre moyenneur seulement en sa nature humaine, sans aucun regard de la divinité , BEZE , Vie de Calvin, p. 140