MOURON

Prononciation : mou-ron
Nature : s. m.

1Plante de la famille des primulacées, annuelle, très commune, longtemps préconisée contre la morsure des animaux enragés (anagallis arvensis, L.). 2Mouron des oiseaux, dit aussi morgeline (alsine media, L.), de la famille des caryophyllées, plante inoffensive. 3Mouron d'alouette, le céraiste commun, cerastium vulgatum, Linné, caryophyllées. Grand mouron, le seneçon. Le mouron d'eau, ou samole, samolus Valerandi, primulacées. XIVe s.
L'en donne aux petis oiseaulx mouron ou lasseron , Ménagier, II, 5
XVIe s.
Mourron desire bonne et grasse terre, humide, non seche , O. DE SERRES , 613
Wallon, moron ; provenç. moderne, mourroun, mourel ; portug. morrião. Origine incertaine. On a indiqué le vieux flamand muer, muerkruyd, muyr, herbe croissant sur les murs ; ce qui ne convient ni pour le sens ni pour la forme. Nom de la salamandre terrestre, en Normandie. XIVe s.
Les leisardes et les moronnes lessent leur dens en leur morsure , H. DE MONDEVILLE , f° 86
Dérivé de more, à cause de la couleur foncée de l'animal. 2. MOURON. Ajoutez : - REM. Le mouron passe en Normandie pour venimeux :
Une bonne lessive tue ou fait déloger les venins, tels que mourons ou salamandres, couleuvres, etc. , Avranchin, 22 mars 1868 Il y a aussi le dicton : Si taupe voyait, Si mouron entendait, Homme ne vivrait.