MOULAGE

Prononciation : mou-la-j'
Nature : s. m.

1Action de jeter en moule, de faire au moule, de fondre, de couler. Atelier de moulage. 2Action de mouler du bois, c'est-à-dire de le mesurer à la mesure qu'on appelait moule. Droit dû au mouleur de bois. Vieux en ces deux sens. 3Se dit, chez les artificiers, des rouleaux destinés aux cartouches. Moulage n° 1, n° 2, etc. 4Façon que le potier donne à la terre glaise. Mouler. 1. MOULAGE. Ajoutez : 5Moulage des boulets, des canons, action de faire les moules en sable dans lesquels on doit couler le métal destiné à former les boulets, les canons. 1Action de moudre. Je ne puis pas comprendre que ce moulin, qui est à une grande demi-lieue de La Fère, n'ait pas l'eau nécessaire pour son moulage, Lettres de Colbert, V, 172. Mécanisme qui, dans un moulin, fait tourner les meules. 2Terme de droit coutumier. Droit que les vassaux payaient au seigneur pour faire moudre leur grain au moulin banal. Portion de farine prélevée par le meunier. XIVe s.
Le sault du moulin, l'estanchement qui porte le moulage, l'arche du moulin... , BOUTEILLER , Somme rural, titre 74, p. 431, dans LACURNE
Moudre, par les formes où l'l se substitue au d.