MOUCHETURE

Prononciation : mou-che-tu-r'
Nature : s. f.

1Ornement qu'on donne à une étoffe en y disposant symétriquement de petites taches.
La doublure du manteau du prince de Conti était d'un satin noir, piqué de diamants, comme de la moucheture , SÉV. , 399 Moucheture d'hermine, les petits morceaux de fourrure noire qu'on met çà et là sur de l'hermine. Terme d'architecture. Ornements de fantaisie dont on remplit les espaces vides des ouvrages de sculpture. Terme de blason. Se dit particulièrement des queues d'hermines, lorsqu'elles ne sèment pas l'écu, et qu'elles s'y trouvent en nombre déterminé.
2Taches naturelles qui se trouvent sur la peau de certains animaux.
Le ptarmigan ayant des mouchetures d'un brun obscur sur un brun clair , BUFF. , Ois. t. III, p. 402
3Terme rural. Poussière noire du blé, charbon ou nielle. 4Terme de chirurgie. Scarifications très superficielles et très peu étendues, qu'on pratique pour faire écouler de la sérosité ou pour dégorger une partie. XVIe s.
Faisant auparavant, sur la partie, petites scarifications ou mouchetures , PARÉ , XV, 69
Quand on tailloit ledit porphyre, les grains de sable qui estoyent plus blancs servoyent de moucheture , PALISSY , 292
Moucheter.