MOTET

Prononciation : mo-tè ; le t ne se prononce pas et ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des mo-tè-z agréables ;
Nature : s. m.

1
Au XIIIe siècle, composition harmonique à deux, trois ou quatre parties, le plus souvent à trois, ayant habituellement pour ténor un fragment de plain-chant, quelquefois un air populaire, avec lequel devaient s'harmoniser les autres parties, selon que le ténor ou l'une des parties servaient de base harmonique , COUSSEMAKER ,
Le motet semble dans l'esprit du musicien avoir été une composition dans laquelle on avait la prétention de donner un rôle particulier à chacune des parties dont la réunion devait créer un ensemble harmonique analogue à celui que les artistes modernes sont quelquefois parvenus à produire dans certains trios, quatuors ou choeurs d'opéras , COUSSEMAKER , l'Art harmonique, p. 60
2Aujourd'hui, morceau de musique sur des paroles religieuses latines destiné à être exécuté à l'église, sans faire partie du service divin.
Laurenzani fait de beaux motets , LA BRUY. , XIII
On a exécuté depuis peu un motet à grands choeurs qui a fait beaucoup de bruit, du moins dans la salle où l'on chantait , VOLT. , Lett. Cather. 58
XIIIe s.
....Savoir se bon seroit Qu'il feïst rimes joliettes, Motez, fabliaux, ou chançonnetes, Qu'il vueille à s'amie envoier Por li chevir et apaier , la Rose, 8380
Et nequedent se Rustebues, Qui nous connoist bien a dix ans, Voloit dire deux motès nues [deux petits mots neufs], Mès qu'au dire fust voir disanz , RUTEB. , 216
XVIe s.
Lors sont ouyz aux mansions divines, Maints beaulx motetz et chansons celestines , J. MAROT , V, 55
La Barre s'en va avec ce motet [petit mot] , CARLOIX , VIII, 14
Diminutif de mot ; ital. mottetto. On trouve aussi le diminutif motot.