MORVEUX, EUSE

Prononciation : mor-veû, veû-z'
Nature : adj.

1Terme de vétérinaire. Cheval morveux, cheval qui a la morve. 2Qui a la morve au bout du nez. Nez morveux.
Quand d'enfants la troupe morveuse à coups de lanières de cuir Par-ci, par-là le font fuir [un sabot] , SCARR. , Virg. VII nm et f Familièrement et par mépris. Enfant, garçon ou fille, ou même jeune homme.
Et quitte ce morveux et l'amour qu'il te donne , MOL. , Éc. des f. V, 4
Ce sont de beaux morveux, de beaux godelureaux, pour donner envie de leur peau , MOL. , l'Avare, II, 6
Elle [Mme de Montespan] se sent au-dessus de toutes choses, et ne craint non plus ses petites morveuses de nièces que si elles étaient charbonnées , SÉV. , 7 août 1676
Un morveux d'officier m'outrage ; Je lui fends !... il vient d'en guérir , BÉRANG. , Vieux caporal
Traiter quelqu'un comme un morveux, le traiter avec un mépris humiliant.
3Omelette morveuse, omelette peu cuite ; on dit plutôt omelette baveuse. 4Amande morveuse, amande changée en eau visqueuse. 5Salade, chicorée morveuse, salade, chicorée qui se pourrit. Il vaut mieux laisser son enfant morveux que de lui arracher le nez, c'est-à-dire il vaut mieux souffrir un petit mal que de l'augmenter par le remède. Qui se sent morveux se mouche, celui qui se sent coupable des choses qu'on blâme en général, doit prendre pour lui la censure.
Qui se sent morveux, qu'il se mouche , MOL. , l'Avare, I, 3
Les morveux veulent moucher les autres, se dit de ceux qui reprennent en autrui les défauts qu'ils ont eux-mêmes.
XIIIe s.
Or s'en iront cil vaillant bacheler, Ki aiment Dieu et l'onour de cest mont [monde], Ki sagement voelent à Dieu aler ; Et li morveux, li cendreux demourront [demeureront] , ROI DE NAVARRE , Poésies, t. II, p. 133
XVe s.
Morfonduz sont vos chevaulx et morveux , E. DESCH. , Poésies mss. f° 227
N'y avoit si meschante morveuse qui ne les face faire [des habits] plus excessifs , Aresta amorum, p. 287, dans POUGENS
Qui sera morveux si se mouche, Je ne crains que Dieu et le roy , COQUILLART , Poés. p. 174, dans POUGENS
Sire morveux que vous estes, et faictes l'amoureux , Jehan de Saintré, ch. 11
XVIe s.
Ces trous donnent issue aux vapeurs en esternuant, et aux humeurs morveux , PARÉ , III, 4
Morve ; Berry, morvoux ; gén. mourveux.