MORVE

Prononciation : mor-v'
Nature : s. f.

1Terme de vétérinaire. Redoutable maladie, particulière aux chevaux, qui débute par une inflammation de la membrane pituitaire accompagnée d'un jetage par les narines, qui est tantôt aiguë tantôt chronique, et qui est éminemment contagieuse soit de cheval à cheval, soit du cheval à l'homme. 2Par extension, humeur visqueuse qui découle des narines. Cet enfant a la morve au nez. 3Mucilage qui forme la substance des fruits huileux, avant leur maturité. 4Pourriture qui attaque les laitues et la chicorée. XVIe s.
Un vendeur de chevaux n'est tenu de leurs vices, fors de morve, courbes et courbatures , LOYSEL , 418
Génev. mourve ; provenç. vorma ; anc. cat. vorm ; esp. muermo ; port. mormo ; sicil. morvu. Comme la morve est la maladie par excellence du cheval, ce mot vient du latin morbus, qui d'ailleurs a pu donner toutes les formes ci-dessus inscrites. Il n'y a de difficulté que pour le provençal vorma, dans lequel on peut voir ou une métathèse ou un mot congénère de gourme. Comme dans la morve du cheval, il y a un flux par les narines, le mot a pris le sens de mucosité nasale.