MORFONDURE

Prononciation : mor-fon-du-r'
Nature : s. f.

Ancien terme de vétérinaire. Le catarrhe nasal ou coryza du cheval. XVe s.
Et porra estre que l'un de ses chevaulx se recroira, ou demourra par aucun accident de morfonture, de releveure, ou d'aultre chose , Les 15 joyes de mariage, p. 82
XVIe s.
La poulaille d'Inde craint la morfondure et les gouttes , O. DE SERRES , 363
La roigne leur avient [aux brebis] au dos, par pluies et morfondures, se donne et prend comme peste , O. DE SERRES , 987
Morfondu. Au XVIe siècle, on disait aussi morfondement.