MORFIL

Prononciation : mor-fil
Nature : s. m.

Barbes ou aspérités métalliques, irrégulières et extérieures au véritable tranchant fait de dentelures microscopiques ; aspérités qui proviennent d'un premier repassage sur des pierres trop vives et disparaissent par un second repassage de deux faces sur des matières plus fines, plus onctueuses. On ôte le morfil au rasoir en le passant à l'huile, sur la pierre. XVIe s.
Morfil , OUDIN , Dict.
Mort, fil : tranchant mort, émoussé, namur. moirt-fil. Nom donné à l'ivoire qui n'a pas encore été travaillé, aux dents d'éléphant séparées de l'animal. Morfil ou ivoire, le cent pesant, 30 livres, Décl. du roi, nov. 1640, tarif. On dit aussi marfil. XVIe s.
Morfil , OUDIN , Dict.
Anc. esp. almafil (texte de l'an 930) ; esp. marfil ; port. marfim. On reconnaît dans la finale l'arabe fîl, éléphant ; mais le préfixe, quel est-il ? Diez y voit l'arabe nab, dent ; mais le mot devrait être nafil, ou alnafil. Pihan croit qu'il est pour mâlfil, de mâl, richesse : la richesse en ivoire. Comme on voit, il reste du doute sur la première partie du mot.