MOQUER (SE)

Prononciation : mo-ké
Nature : v. réfl.

1Tourner en ridicule quelqu'un.
On ne rit point du ridicule des gens qu'on ne connaît point ; voilà pourquoi M. de Mazarin disait qu'il ne se moquait jamais que de ses parents et de ses amis , VOLT. , Lett. Mme du Deffant, 19 févr. 1766 Tourner en ridicule quelque chose.
Des mystères sacrés hautement se moquait , CORN. , Poly. III, 2
Pour se moquer de leur religion [des Égyptiens], il [Cambyse] avait fait tuer le dieu Apis, c'est-à-dire le taureau sacré qu'ils adoraient sous ce nom , ROLLIN , Hist. anc. Oeuvr. t. V, p. 525, dans POUGENS
On commence à respecter très peu l'aventure de Curtius, qui referma un gouffre en se précipitant au fond lui et son cheval ; on se moque des boucliers descendus du ciel , VOLT. , Mél. hist. Fragm. s. l'hist. art. XII
On se plaignait de l'envie en Grèce, on s'en plaignait à Rome, et je m'en moque quelquefois en France , VOLT. , Lett. Chabanon, 4 juill. 1768
La malignité saisit un ridicule et s'en moque ; la sottise se moque sans aucune raison , GENLIS , Ad. et Théod. t. III, p. 237, dans POUGENS
2Témoigner par des paroles ou par des actes qu'on ne fait nul cas de quelqu'un ou de quelque chose.
Faisons nos sûretés et moquons-nous du reste , CORN. , Othon, II, 4
Ce héros voit la fourbe et s'en moque dans l'âme , CORN. , Pomp. II, 2
Je me moque de ces auteurs-là, s'ils sont contraires à la tradition , PASC. , Prov. IV
Si vous dites que nous avons menti, que cela est faux, qu'on se moque de vous.... nous trouverons que vous avez raison , SÉV. , 9
Je me moque de ces moments d'amitié qui ne laissent aucun crédit à ceux que l'on aime , SÉV. , 570
Il se moque des lois, se rit des immortels , QUIN. , Agrippa, I, 5
À peine Mme du Maine fut-elle mariée qu'elle se moqua de tout ce que M. le Prince lui put dire , Mme DE CAYLUS , Souvenirs, p. 247, dans POUGENS
Antoine, qui se voyait aux portes de Rome à la tête d'un puissant corps de troupes, se moqua du décret , VERTOT , Révol. rom. XIV, 314
Pie II envoya, au roi une épée bénite, mais il se moqua de lui, et ne donna point à son cousin le royaume de Naples , VOLT. , Hist. parlem. ch. X Je m'en moque comme de l'an quarante, sous-entendu de la république, dicton employé par les royalistes pour exprimer qu'on ne verrait jamais l'an quarante de la république. Se moquer du monde, se moquer des gens, ne pas parler d'une manière sérieuse, ne pas mériter l'attention.
N'est-ce pas se moquer des gens ? , SÉV. , 28
On ne peut se moquer du monde d'une façon plus grossière , BOSSUET , Var. 11
Voilà une drôle de façon d'honorer un honnête homme, que de mettre une troupe de coquins après lui, c'est se moquer du monde , MARIVAUX , Double inconst. I, 10
L'ange Ituriel se moque du monde, de vouloir détruire une ville si charmante , VOLT. , Babouc.
Allez, monsieur, vous vous moquez des gens , BOISSY , Français à Londres, 16
C'est se moquer de Dieu et du monde d'agir ainsi, c'est-à-dire c'est fouler aux pieds toutes sortes de lois.
3Se moquer de, suivi d'un infinitif, n'agir pas raisonnablement. Il se moque de soutenir une chose si absurde.
Elle se moque de se piquer de jeunesse , LA BRUY. , III
4Refuser en ridiculisant, ne pas tenir à.
Je me moquerais fort de prendre un tel époux , MOL. , Tart. II, 2
Je veux ce soir lui donner pour époux un homme aussi riche que sage ; et la coquine me dit au nez qu'elle se moque de le prendre , MOL. , l'Av. I, 7
5Absolument. Ne pas parler, ne pas agir sérieusement.
En nous flattant il semble qu'il se moque , MAIRET , Soliman, V, 3
On crut qu'il se moquait ; on sourit, mais à tort , LA FONT. , Fabl. IV, 18
Votre père se moque ; et ce sont des chansons , MOL. , Tart. II, 4
Ah, monsieur Fleurant, c'est se moquer, il faut vivre avec les malades , MOL. , Mal. imag. I, 1
Nous ne songeons plus qu'il y ait eu un comte de Guiche au monde ; vous vous moquez avec vos longues douleurs , SÉV. , 28 déc. 1673 Par civilité. Vous vous moquez de moi, vous vous moquez, c'est-à-dire vous me traitez avec trop de cérémonie, vous poussez trop loin la politesse.
Éraste : Je vous prie de m'excuser de l'incivilité que je commets. - M. de Pourceaugnac : Vous vous moquez , MOL. , Pourc. I, 10
Il me dit que je me moquais ; que ces compliments ne se faisaient pas entre amis , HAMILT. , Gramm. 9
Vous moquez-vous ? de grâce, ne prenez pas garde à moi ; entre amis et voisins les compliments doivent être bannis , GENLIS , Théâtre d'éduc. le Vrai sage, II, 6
6Être moqué, être tourné en ridicule.
Les esprits forts qui s'étaient moqués de la fée furent moqués à leur tour , J. J. ROUSS. , Reine Fantasque.
Qui n'a pas été opprimé par les puissants, moqué par les faibles, fui et abandonné par tous les hommes ! , VAUVENARGUES. , Orat. chagrin.
7Se faire moquer, être tourné en ridicule. Il s'est fait moquer pour sa conduite étourdie. Il s'est fait moquer de tout le monde. La pelle se moque du fourgon, se dit lorsqu'une personne se moque d'une autre qui aurait autant de sujet de se moquer d'elle.
L'abbé Testu dit rudement à notre voisine : Mais, madame, si elle vous avait répondu que la pelle se moque du fourgon, qu'auriez-vous dit ? Monsieur, dit-elle, je ne suis point une pelle, et elle est un fourgon , SÉV. , 387
Il ne faut pas se moquer des chiens qu'on ne soit hors du village, c'est-à-dire il ne faut pas choquer un homme tant qu'on est dans un lieu où il peut vous nuire. Donner à plus riche que soi, le diable s'en moque, signifie que, les largesses faites à des riches étant rarement désintéressées, le diable ne doit pas en tenir compte, ou bien qu'il est ridicule de donner à plus riche que soi.
1. On notera que moquer a une forme passive, bien qu'il n'ait pas de forme active. On ne dit pas moquer quelqu'un ; mais on dit être moqué par quelqu'un. L'ancienne langue employait régulièrement l'actif. 2. À côté de se faire moquer, tournure qui est la tournure régulière, il s'en est introduit une autre qui est complétement inconciliable avec la syntaxe ; c'est : vous vous ferez moquer de vous, il s'est fait moquer de lui, etc. De vous, de lui, etc. ne peuvent se construire : faire moquer soi de soi, ne signifie rien. Cependant il faut ajouter que cette locution, tout opposée à la grammaire et même toute barbare qu'elle est, a pour elle l'usage, l'autorité de l'Académie et celle des exemples.
Ne vaut-il pas mieux porter son mal en patience, que de se faire moquer de soi par des regrets inutiles ? , D'ABLANCOURT , Lucien, Dial. des morts, Achille et Antiloque.
Il se fait moquer de lui en public à cause de sa timidité , D'ABLANCOURT , Lucien, Jupiter le tragique.
Xanthus avait une femme de goût assez délicat, et à qui toutes sortes de gens ne plaisaient pas ; si bien que de lui aller présenter sérieusement son nouvel esclave [Ésope], il n'y avait pas d'apparence, à moins qu'il ne la voulût mettre en colère et se faire moquer de lui , LA FONT. , Vie d'Esope.
C'est un orgueil indiscipliné qui se vante, qui va à la gloire avec un empressement trop visible ; il se fait moquer de lui , BOSSUET , Pensées chrét. 21
Je me ferais moquer de moi , DANCOURT , les Bourgeoises à la mode, IV, 6
Certains particuliers qui.... excitent par une dépense excessive et par un faste ridicule les traits et la raillerie de toute une ville qu'ils croient éblouir, et se ruinent ainsi à se faire moquer de soi , LA BRUY. , VII
Albergotti s'évanouit chez Mme de Maintenon, et, tout à la mode qu'il fût, se fit moquer de lui , SAINT-SIMON , 12, 143
Je crus que je me ferais moquer de moi, si je m'expliquais d'une manière bien claire , MONTESQ. , Lett. pers. 130
Un étranger qui écrirait en français croirait bien faire que d'emprunter beaucoup de phrases à Molière, et se ferait moquer de lui , D'ALEMB. , Mél. t. V, Sur la latinité des modernes.
Tu te fais moquer de toi par les voyageurs qui descendent dans cette auberge , PICARD , la Petite ville, II, 1 Malgré ces exemples, et quoique cette tournure se trouve dans Charron dès le XVIe siècle, on fera bien de l'éviter soit en parlant soit en écrivant.
XIIIe s.
Teus [tel] me tient ore en grant honneur et en grant reverence qui adont se moqueroit de moi , Hist. litt. de la France, t. XXIII, p. 727
Vostre orguel ne vaut une coque ; Sachiés que fortune vous moque , la Rose, 6542
De joste son seignor se sist Au mangier, et maintenant rist De Renart qui les a moquiez , Ren. 22137
Le bon comte de Soissons, en ce point là où nous estions, se moquoit à moy [plaisantait avec moi] et me disoit : Seneschal, lessons huer ceste chiennaille , JOINV. , 228
Sa fame et si enfant vraiement s'en anuient ; Li estrange le moquent, et li sien le defuient [fuient] , J. DE MEUNG , Test. 186
XIVe s.
Quant l'empereur vist l'escript, il fut tout esmerveillé, et dit que le clerc s'estoit moqué de luy , Modus, f° CXIX
Nariller, frotter la narine ou mouquer [subsannare] , DU CANGE , narire.
XVe s.
Ainsi de moy fort amour se mocquoit , CH. D'ORL. , I
XVIe s.
Et que le mocqueur soit à mocquer si adestre, Que le mocqué s'en rie, et ne pense pas l'estre , RONS. , 659
Ils y apprenoient à s'entre-moquer plaisamment, et à ne se courroucer point pour estre semblablement moquez , AMYOT , Lyc. 19
Les tribuns ne se feirent que rire et moquer de ceste advertissement , AMYOT , Cam. 23
Diogenes, à un qui luy disoit, " Ceux là se moquent de toy, " " Je ne m'en tiens, dit-il, point pour moqué. " Voulant dire qu'il reputoit ceulx là seuls estre moquez, qui se passionnent et se troublent pour des moqueries , AMYOT , Fab. 23
Et ce je appelle moque Dieu, non oraison , RAB. , Garg. I, 40
Qui de nous ne se mocque de veoir.... , MONT. , I, 84
Le fourgon se mocque de la paele , MONT. , III, 388
Elle [la vieillesse] se faict mocquer d'elle , CHARRON , Sagesse, I, 36
Provenç. mochar ; angl. to mock. Diez rapproche l'espagnol mueca, grimace, de moquer, qu'il tire, comme la plupart des étymologistes, du verbe grec signifiant railler. Cette étymologie paraît plausible ; cependant on ne voit pas comment un verbe grec serait entré, sans intermédiaire latin, dans le provençal et le français, et y serait entré sans pénétrer simultanément dans l'espagnol et l'italien ; car l'assimilation de mueca et du terme grec est très problématique. Le celtique a : kimry, moc, moquerie, mociaw, se moquer ; gaél. mag, se moquer ; on pourrait y voir l'origine de notre mot. Enfin Scheler, repoussant aussi le verbe grec, croit que moquer est la forme picarde de moucher (ce qui pourrait être en effet), et que moquer ou moucher est une locution figurée pour railler, duper : se moucher de quelqu'un, à peu près comme les latins disaient emungere, qui signifiait à la fois se moucher, et duper, railler. Cette étymologie est fortement appuyée par l'exemple du XIVe siècle qui rend subsannare, railler, par mouquer ; elle l'est aussi par le sens populaire de moucher, qui veut dire corriger un homme, le battre : je l'ai mouché ; tu vas te faire moucher.