MONSEIGNEURISER

Prononciation : mon-sè-gneu-ri-zé
Nature : v. a.

Terme qui ne se dit que par plaisanterie. Affubler du titre de monseigneur.
Irai-je, adulateur sordide, Encenser un sot dans l'éclat, Amuser un Crésus stupide, Et monseigneuriser un fat ? , GRESSET , la Chartreuse. Se monseigneuriser, v. réfl. Se traiter réciproquement de monseigneur.
Étant allé voir un évêque de mes amis, et ayant appris qu'il y avait d'autres évêques avec lui, je demandai ce qu'ils faisaient : ils se monseigneurisent, me répondit assez plaisamment un de leurs laquais , CAILLIÈRES. , Mots à la mode, Convers. 2, dans POUGENS
Tout le monde se moque d'eux [des évêques], et on riait de ce qu'ils s'étaient monseigneurisés , SAINT-SIMON , 227, 46
Non-seulement les évêques ne se monseigneurisaient pas, mais ils ne donnaient point du monseigneur aux cardinaux , VOLT. , Dict. phil. Cérémonies.
Monseigneur.