MONNAYEUR

Prononciation : mo-nè-ieur
Nature : s. m.

1Celui qui travaille à la monnaie de l'État.
Un général éloigné de la cour était-il revêtu de la pourpre impériale par ses troupes, les monnayeurs qui suivaient l'armée pour fabriquer les espèces destinées au payement de la solde, moulaient dans l'espace d'une nuit les coins avec sa tête , MONGEZ , Instit. Mém. acad. inscr. t. IX, p. 210
2Faux monnayeur, celui qui fait de la fausse monnaie.
Un faux monnayeur est un excellent artiste ; on pourrait l'employer dans une prison perpétuelle à travailler de son métier à la vraie monnaie de l'État, au lieu de le faire mourir dans une cuve d'eau bouillante, comme l'ordonnent Charles-Quint et François 1er , VOLT. , Polit. et législ. Prix de la just. et de l'hum. VII. Fig.
Ces faux monnayeurs en dévotion, qui veulent attraper les hommes avec un zèle contrefait et une charité sophistiquée , MOL. , Tartufe, 1er placet.
L'Académie écrit à faux faux-monnayeur avec un tiret ; à monnayeur elle écrit sans tiret faux monnayeur. XVIe s.
Il n'est que monnoyeur pour se connoistre en billon , LEROUX DE LINCY , Prov. t. II, p. 141
Monnayer. On disait dans l'ancienne langue non monnoyeur, mais monoier.