MONITEUR

Prononciation : mo-ni-teur
Nature : s. m.

1Celui qui donne des avis.
Un docteur pour nous instruire de la vérité, ou plutôt un moniteur assez fidèle pour nous disposer à en être instruits , MALEBR. , Recherche, V, II, 9, Conclusion.
Les jeunes gens ont besoin, s'il m'est permis de parler ainsi, d'un moniteur fidèle et assidu, d'un avocat qui plaide auprès d'eux la cause du vrai, de l'honnête, de la droite raison , ROLLIN , Traité des Ét. Disc. prélim.
Un conciliateur modeste qui ne voit dans les savants qui se font la guerre et dans ses propres adversaires que des moniteurs utiles sur les erreurs où ils ont pu tomber réciproquement , MAIRAN , Éloge de l'abbé Molières. Fig.
Le pays ne s'aperçoit pas immédiatement de la dépréciation du billet, il ne s'en aperçoit qu'au moment où l'or, ce moniteur silencieux, l'en avertit , WOLOWSKI , Rev. des Deux-Mondes, 1er sept. 1866, p. 187
2Dans les écoles d'enseignement mutuel, élève qui a reçu directement la leçon du maître, et qui est chargé d'instruire un certain nombre de ses condisciples. En ce sens, moniteur a un féminin. Cette petite fille est monitrice dans sa classe. 3Titre de certains journaux, et, jusqu'en 1869 d'un journal officiel du gouvernement. Lire le Moniteur. Le Moniteur des théâtres. Le Moniteur fidèle, en ses pages sanglantes, Par le souvenir même inspire la terreur, M. J CHÉNIER, la Calomnie.
Un ministre veut m'enrichir, Sans qu'au Moniteur on m'affiche , BÉRANG. , Refus.
XVIe s.
Moniteur , OUDIN , Dict.
Lat. monitorem, de monere, avertir.