mondanite

Prononciation : mon-da-ni-té
Nature : s. f.

État de ce qui appartient au monde.
L'Évangile, le christianisme n'est en nos moeurs qu'à demi ; nous cousons à cette pourpre royale un vieux lambeau de mondanité , BOSSUET , Sermons, Intégrité de la pénit. 3
Faire profession de mondanité où vous l'aviez faite de christianisme , MASS. , Carême, Temples. Vanité mondaine.
Vous vivez toujours dans les mêmes illusions, toujours dans les mêmes dérèglements, toujours dans les mêmes distractions et les mêmes mondanités , BOURDAL. , Dim. de la Sexagés. Dominic. t. I, p. 420
On y apporte toutes les dispositions d'une mondanité voluptueuse , BOURDAL. , Exhort. char. env. les pauvres, t. I, p. 55
Je me sentis étourdi d'une vapeur de joie, de gloire, de fortune, de mondanité, si on veut bien me permettre de parler ainsi , MARIVAUX , Pays. parv. 5e part.
XVe s.
Et n'y a celui qui ne tende à suivir la mondanité , COQUILLART , Plaidoyer de la simple et de la rusée.
XVIe s.
Quant à celui qui en tout temps s'encline à se baigner dans la mondanité , MAROT , I, 301
Rolandine qui avoit esté toujours plus reprise de ses austerités que de ses mondanités, dit.... , MARG. , Nouv. XX
Elle s'adonna du tout au service divin, fuyant toute compagnie de mondaineté , MARG. , ib. XXX
Ceux qui ont esté du bon temps n'ont pas veu les mondanitez que nous voyons aujourd'hui , H. EST. , Apol. pour Hérod. p. 14
Mondain.