MONACHISME

Prononciation : mo-na-chi-sm'
Nature : s. m.

1État de moine (avec un sens défavorable). L'esprit, l'influence du monachisme.
Le monachisme y fait [dans l'Inde] les mêmes maux [que les institutions qui, donnant les terres aux princes, ôtent aux particuliers l'esprit de propriété] ; il est né dans les pays chauds d'Orient, où l'on est moins porté à l'action qu'à la spéculation , MONTESQ. , Esp. XIV, 7 Vie cénobitique (sans idée de dénigrement).
On peut distinguer dans l'histoire du monachisme trois époques importantes, qui forment, s'il est permis de le dire, autant de dynasties séparées dans cet empire d'un genre nouveau : une seule en Orient et deux en Occident ; les Antoine, les Basile furent les fondateurs de la première ; la seconde s'honore d'avoir eu saint Benoît pour patriarche, et la troisième commence à saint François , LINGUET , Hist. du monachisme, p. 14
2Manière de penser et d'agir semblable à celle des moines.
Suivant ces derniers [les incrédules], le christianisme est un vrai monachisme ; les vertus qu'il recommande, les pratiques qu'il prescrit, le renoncement au monde qu'il conseille, ne conviennent qu'à des moines , BERGIER , Théologie, au mot monastique.
Lat. monachus, moine.