MOIS

Prononciation : moî ; l's se lie : un moî-z entier
Nature : s. m.

1Une des douze parties de l'année, dont chacune contient trente ou trente et un jours, excepté la seconde [février] qui est de vingt-huit jours seulement dans les années ordinaires, et de vingt-neuf dans les années bissextiles.
Étant grosse de huit mois , SÉV. , 253
Lise les a accomplis [quarante ans] ; mais les années pour elle ont moins de douze mois, et ne la vieillissent point , LA BRUY. , III
Nous avons conservé les noms de mois du calendrier romain ; septembre, octobre, novembre et décembre prouvent que l'on comptait mars pour le premier mois ; juin et juillet, qui s'appelaient anciennement quintile et sextile, prouvent la même chose , DELAMBRE , Abrégé d'astron. p. 643, dans POUGENS Le premier, le second jour du mois, ou, absolument, le premier, le second du mois. On dit aussi le deux du mois, et, à partir de ce nombre, on ne se sert plus du nombre ordinal, on ne se sert que du nombre cardinal : le trois, le quatre, le douze du mois. Autrefois cet usage n'existait pas ; et l'on disait le troisième, le quatrième, le quinzième, etc. du mois.
2En général, espace de trente jours consécutifs, de quelque jour que l'on commence à compter. Le mois finira le douze de septembre. D'un mois, pendant trente jours (avec une négation).
Ma convalescence fut longue, et je ne fus d'un mois en état de sortir , J. J. ROUSS. , Conf. V
Terme de palais. Les parties viendront au mois, il a été ordonné qu'elles viendraient plaider dans un mois. D'après la loi, dans les questions d'intérêts, les mois sont tous de trente jours.
3Le prix convenu pour un mois. Payer les mois d'une nourrice. Il doit un mois au maître de musique. Il se dit aussi de la somme qu'on donne à un jeune homme pour ses menus plaisirs, à une femme pour sa toilette. Terme de marine. Mois de table, traitement accordé durant un mois à un officier pour sa table ou nourriture. 4Absolument, mois de grossesse d'une femme. Cette femme est dans son septième mois.
La rareté des enfants de neuf mois m'a fait rire , SÉV. , 256
5Au plur. Les mois, se dit vulgairement pour désigner l'évacuation menstruelle ou les menstrues. 6Terme d'astronomie. Mois solaire, l'espace de temps que le soleil met à parcourir un des signes du zodiaque.
Douze mois composent une année, qui est le temps que la terre emploie à faire une révolution entière dans son orbite, pendant lequel temps le soleil nous paraît parcourir les douze signes du zodiaque , BRISSON , Traité de phys. t. III, p. 165, dans POUGENS Chez les Athéniens, mois caves, ceux de vingt-neuf jours ; mois pleins, ceux de trente jours ; ce qui avait été fait pour s'accorder avec la lune, dont la période est de 29 jours et demi, et pour éviter les fractions.
7Mois lunaire, l'espace de temps que la lune emploie dans son cours, depuis l'instant de sa conjonction avec le soleil jusqu'à l'autre conjonction, et qui est d'environ vingt-neuf jours, douze heures et quarante-quatre minutes. On dit aussi lunaison. Mois lunaire anomalistique, espace de temps compris entre deux passages consécutifs de la lune à son apogée. Mois dracontique, draconitique, ou mois de latitude, espace de temps compris entre deux passages consécutifs de la lune à son noeud. 8Mois romains, les mois tels qu'ils étaient disposés dans le calendrier de Rome. Fig. Mois romains, l'imposition qu'on levait sur les États de l'empire germanique dans les besoins extraordinaires.
La diète de Ratisbonne promet cette fois quatre-vingts mois romains ; jamais l'Empire n'avait encore donné un si puissant secours ; mais il ne fut guère fourni qu'en paroles , VOLT. , Ann. Emp. Rodolphe II, 1603
9Terme de droit canonique. Mois des gradués, les mois pendant lesquels certains bénéfices vacants sont affectés aux gradués (janvier, avril, juillet et octobre, ce sont les premiers mois de chaque trimestre). Mois du pape, les mois durant lesquels le pape confère les bénéfices en pays d'obédience. 10Mois entrant, se disait, dans les dates des anciennes chartes, des seize premiers jours d'un mois de trente et un jours et des quinze premiers jours d'un mois de trente jours. Mois sortant se disait des quinze derniers jours du mois ; et ces jours se comptaient en rétrogradant. Le troisième jour du mois sortant de septembre signifie le vingt-huit septembre. 11Mois sacré, se dit, chez les musulmans, des mois pendant lesquels la guerre est interdite. Il n'est mois qui ne revienne. On a tous les ans douze mois, on vieillit malgré qu'on en ait, on vieillit sans s'en apercevoir. XIe s.
Jà [il] ne verrat passer cest premer meis , Ch. de Rol. VI
XIIe s.
De cest jor en un mois, sans plus de delaier [de retard] , Sax. VI
Ainzois [avant] un mois passé , Roncis. 117
XVe s.
Et [Geuffroy Tête-noire] tenoit bien en son chastel quatre cens compagnons à gages ; et trop bien les payoit de mois en mois , FROISS. , II, II, 214
Heritaige certain ne vray demaine [vrai domaine] N'y puet [ne peut dans le temps] nulz homs acquerir ne garder ; Heure, moment, jours, mois, an ne sepmaine, Qui soit vray sien, qu'on ne luy puist oster , E. DESCH. , Poésies mss. f° 105
Car il n'en est aujourd'hui nul en vie Tel comme il fut, ne ne sera des mois [de longtemps] , E. DESCH. , ib. f° 28
XVIe s.
Les nourrices perdent leurs mois lorsque le laict leur monte aux mammelles , PARÉ , I, 11
Wallon, meû ; Hainaut, mô ; bourg. mô ; prov. et esp. mes ; ital. mese ; du lat. mensis ; comparez le grec ; l'anglo-sax. môna ; le goth. mêna ; l'ancien haut-all. mânot ; l'allem. Monat ; l'angl. month ; le persan mâh ; le sanscrit mâsa, mois, de mâs, la lune. En grec, signifie aussi la lune. L'origine de masa, en grec, mensis, est dans ma ( a long), mesurer, la lune étant considérée comme mesurant le temps. MOIS. Ajoutez : 12Terme de commerce. Les quatre mois de septembre, les quatre derniers mois de l'année.
On commence à s'occuper depuis quelques jours de la fécule verte, et il y a acheteurs à 20 fr. les 100 kil. rendus en fabrique, livrables sur les quatre mois de septembre , Journ. offic. 26 juin 1876, p. 4547, 2e col.