MOIRER

Prononciation : moi-ré
Nature : v. a.

Donner à une étoffe, à un métal la façon de la moire, c'est-à-dire la façon où la nuance, le dessin changent d'aspect avec la position du spectateur. Moirer un ruban. Il n'y a de différence entre tabiser et moirer que celle qui est occasionnée par la grosseur du grain de l'étoffe, c'est-à-dire que dans le tabis, le grain de l'étoffe n'étant pas considérable, les ondes se remarquent moins que dans le moiré, où le grain de l'étoffe est plus considérable, Dict. des arts et mét. Calandreur. Moire. MOIRER. Ajoutez : Fig.
Une brise légère moira la verdure naissante des blés , TH. BENTZON , Rev. des Deux-Mondes, 15 juin 1876, p. 858
Moré, qui est dans ce texte : XIVe s.
Trois aulnes d'escarlate morée à faire chausses , Mandements de Charles V, 1373, p. 533, appartient-il à notre mot moiré ?