MOELLE

Prononciation : moi-l' ; autrefois on prononçait mo-è-l', en trois syllabes, témoin les vers de Rotrou : Ce corps es
Nature : s. f.

1Substance jaunâtre ou rougeâtre contenue dans la cavité des os longs, dans les cavités cellulaires des extrémités de ces mêmes os, dans le diploé des os plats. Sucer la moelle d'un os.
Les os sont, dans le milieu, pleins de la moelle qui doit les nourrir , FÉN. , Exist. 34
Il prouve dans cette dissertation, que la moelle ne sert qu'à humecter les os, à les rendre plus souples et moins cassants , MAIRAN , Éloges, Lémery.
Leur chair [des girafes], surtout celle des jeunes, est assez bonne ; et leurs os sont remplis d'une moelle que les Hottentots trouvent exquise , BUFF. , Quadrup. t. XIII, p. 194 Par exagération. Le froid m'a pénétré jusqu'à la moelle des os. Fig. Un os plein de moelle, quelque chose qui est très productif de profit.
Les libraires.... regardèrent l'Encyclopédie publiée comme un os plein de moelle , GRIMM. , Corresp. t. I, p. 376, dans POUGENS
Fig. et familièrement. Il lui tire jusqu'à la moelle des os, il le suce jusqu'à la moelle des os, se dit d'un homme qui en ruine un autre, en lui tirant peu à peu tout ce qu'il en peut tirer.
Le cardinal de Furstemberg, sucé jusqu'aux moelles par sa nièce, eut la permission de demeurer , SAINT-SIMON , 74, 212
Fig. Jusque dans la moelle des os, jusqu'au fond du coeur.
Je sens une telle séparation [d'avec Mme de Grignan] jusque dans la moelle de mes os , SÉV. , 23 mars 1672
La tendresse que j'ai pour vous, ma chère bonne, me semble mêlée avec mon sang, et confondue dans la moelle de mes os , SÉV. , 8 nov. 1680
Je ne trouve rien de si proche que d'être d'une même maison ; il ne faut pas s'étonner si l'on s'y intéresse, cela tient dans la moelle des os , SÉV. , à Bussy, 16 fév. 1671
Tous les hommes, jusqu'aux moindres, veulent qu'on les flatte, et ne peuvent souffrir qu'on les reprenne ; c'est un vice qui est entré jusque dans les moelles à toute la nature humaine , BOSSUET , Méd. sur l'Év. 2e part. 15e jour.
N'en est-ce pas assez pour être pénétré de crainte jusque dans la moelle des os ? , BOSSUET , Anne de Gonz.
Habitudes qui sont entrées jusque dans la moelle de leurs os , FÉN. , Tél. XVI
Les hommes gâtés jusque dans la moelle des os par les enchantements des plaisirs violents et raffinés ne trouvent plus qu'une douceur fade dans les consolations d'une vie innocente , FÉN. , t. XVII, p. 194
Corrompu jusqu'à la moelle des os, jusqu'à la moelle, se dit d'un homme très corrompu.
2Terme de botanique. Tissu utriculaire placé au centre de la tige des dicotylédonées et renfermé dans le canal ou étui médullaire. De la moelle de sureau.
La moelle n'est qu'un tissu cellulaire intérieur que l'absence de la lumière empêche de verdir , DE CANDOLLE , Inst. Mém. sc. ph. et math. sav. étr. t. I, p. 372
3La substance que contient un bâton de casse. 4Fig. Ce qu'il y a de plus essentiel, de meilleur. Tirer, extraire la moelle d'un bon livre. Dans le langage biblique, la moelle de la terre, ses plus riches productions. Nom de quelques ouvrages donnés comme substantiels. La Moelle théologique d'Abéli. 5Nom donné abusivement à des organes de substance nerveuse, laquelle n'a rien de commun avec la moelle des os. Moelle épinière, ou moelle de l'épine, partie du système nerveux, qui se continue en haut avec la protubérance cérébrale, qui est logée dans le canal vertébral, et qui se termine en bas au niveau de la deuxième vertèbre lombaire. Moelle allongée, synonyme de protubérance cérébrale.
La moelle allongée constitue le point réellement central, le noeud qui unit toutes les parties du système nerveux entre elles , FLOURENS , Instit. mém. scienc. t. IX, p. 488
6Terme de minéralogie. Noeud formé dans des grains de marcassite, de quartz, etc. Noeud dans l'ardoise. Moelle de montagne, de roche, diverses variétés de chaux carbonatée spongieuse, blanche, etc. Moelle de rocher, amiante. XIIIe s.
Quant ele [la lune] croist, il covient à croistre toutes moeles dedanz les os , BRUN. LATINI , Trésor, p. 141
Or vous ai dit du sens l'escorce, Qui fait l'entencion repondre [cacher] ; Or vous en vueil la moelle espondre [expliquer] , la Rose, 12064
Que nulz ne cuise ou rostisse oues [oies], ou vel, agniaux, chevraux ou couchons, se ils ne sont bons, loyaux et souffisans.... et aient bonne mouelle, sur la peine de l'amende de diz sols, six sols au roy , Livre des mét. 176
XIVe s.
Se la fistule a la bouche estroite, soit eslargie o [avec] tentes de moele de seu [sureau] , H. DE MONDEVILLE , f° 91, verso.
Gresse de porc, mouele de veel et semblables , H. DE MONDEVILLE , f° 67
XVe s.
L'oingnement qui fut faict de la moule , Percef. t. II, p. 26
XVIe s.
La mouelle spinale , PARÉ , III, 12
Un chaud adonc de moëlle en moëlle Brusla mon coeur.... , RONS. , 85
Quel bien pretend il [le chien qui ronge un os] ? Rien plus que ung peu de mouelle ; vray est que ce peu plus est delicieux que le beaucoup de toutes aultres, pour ce que la mouelle est aliment elabouré à perfection de nature , RAB. , Garg. prol.
À l'exemple d'icelluy [chien] vous convient estre saiges pour fleurer, sentir et estimer ces beaulx livres de haulte gresse.... puis, par curieuse leczon et meditation frequente, rumpre l'os, et sugcer la substantificque mouelle , RAB. , ib.
Berry, miolle ; wallon, miiole, miole ; namur. môle ; Hainaut, moule ; provenç. meola, mealha, melha, muelha, mezola, mezolla, mezolha, et aussi, au masculin, mezol ; esp. meollo ; ital. midollo et midolla ; du lat. medulla, du radical med (voy. MI) : ce qui est au milieu. Dans moelle, on trouve moe d'une seule syllabe dès le XIIIe siècle et aussi dans le provençal ; étymologiquement, il doit être de deux.