moutier

Prononciation : mou-tié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des mou-tié-z antiques
Nature : s. m.

Vieux mot qui signifie monastère et qui ne s'emploie plus que dans le style plaisant ou familier ou archaïque.
Puis au moûtier le couple s'alla rendre , LA FONT. , Gag. Fig. Il faut laisser le moûtier où il est, c'est-à-dire il ne faut rien changer aux usages reçus.
L'Académie écrit moutier sans circonflexe. XIe s.
[Ils] Enfouiront nous en aitres de mustiers , Ch. de Rol. CXXX
XIIe s.
Ansëys [ils] couronerent a Saint Denis mostier , Sax. IV
XIIIe s.
Et s'ils sont escommenié et il voelent entrer el moustier malgré le prestre.... , BEAUMANOIR , I, 38
XIVe s.
Dieu commande à aler au moustier et matin lever ; et la gloutonie dit : il me fault dormir, je fus hier yvre ; le moustier n'est pas lievre, il me attendra bien , Ménagier, I, 3
Prov. mostier, monestier ; portug. mosteiro ; du lat. monasterium. Dans l'ancienne langue, moustier avait aussi l'acception d'église.