MITON

Prononciation : mi-ton
Nature : s. m.

Espèce de manchettes en fourrure ou en tricot que les femmes portent sur le poignet pour se préserver du froid. Ouvrages de pure mercerie, tels que bourses, ceintures, palatines, mitaines, mitons, mantilles ou mantelets, Arrêt du conseil, 4 fév. 1738. XVIe s.
Miton , COTGRAVE ,
Voy. MITAINE. 1. MITON. Ajoutez : 2Pièce de l'armure du XVe siècle qui protège les mains ; les doigts ne sont pas séparés comme ils le sont dans le gantelet. Le miton est formé de lames métalliques mobiles à recouvrement. Un des noms que les enfants donnent au chat. XVIe s.
Ce vieux reveur, ce mitouin A contrefait le patelin ; Il l'a si bien mitouinée Et si bien empatelinée, Qu'il a fait ce qu'il a voulu , R. BELLEAU , la Reconnue, III, 5
Peut-être miton, sorte de gant, par assimilation à une fourrure. Cependant il y a en espagnol miz, mito, chat. On disait aussi mitan, mitouard. 1Nom, dans quelques provinces, de la mie de pain. Quand j'ai du miton sous la dent, Vieille chanson de la Touraine. Soupe aux mitons, sorte de panade faite avec des mitons ou morceaux de pain taillés moins fin que les soupes. 2Fig. et populairement. C'est de l'onguent miton mitaine, qui ne fait ni bien ni mal, se dit en parlant d'un remède, d'un secours, d'un expédient qui ne sert ni ne nuit.
Pour tous ces petits maux de rhume, toux, migraine, Il compose à ravir l'onguent miton mitaine , TH. CORN. , D. Bertr. de Cigarral, I, 2
Ce secret-là n'est que de l'onguent miton mitaine , MARIV. , Surp. de l'amour, I, 2
Il est probable que c'est un dérivé irrégulier de mie.