MITIGER

Prononciation : mi-ti-jé. Le g prend un e devant a et o : mitigeant, mitigeons
Nature : v. a.

1Rendre quelqu'un moins entier, moins vif, moins rigoureux. L'expérience mitigea ce caractère absolu et enthousiaste. 2Rendre quelque chose moins intense, moins vif, moins dur. Mitiger la douleur, les passions. Mitiger une proposition.
Ils [M. et Mme de Grignan] ont ici une petite fille qui, sans avoir la beauté de sa mère, a si bien mitigé et radouci l'air des Grignans, qu'elle est en vérité fort jolie , SÉV. , à Bussy, 27 janv. 1692
Les physionomies, par le commerce que les hommes ont ensemble, contractent je ne sais quoi de liant qui les mitige , MARIV. , dans DESFONTAINES
Les Anglais, dans qui la nature a mis l'esprit d'indépendance, les adoptèrent [les réformes de Luther], les mitigèrent, et en composèrent une religion pour eux seuls , VOLT. , Louis XIV, 36
Solon mitigea le système politique de Dracon , DIDEROT , Opin. des anc. philos. (grecs).
3Se mitiger, v. réfl. Devenir moins absolu, moins rigoureux.
On apprend que ces hérétiques [les Albigeois] se mitigeaient quelquefois à l'égard du mariage , BOSSUET , Variat. X
Il me semblait que mon homme se mitigeait, qu'il était plus flatteur que zélé, plus généreux que charitable , MARIV. , Marianne, part. I
XIVe s.
Aucunes herbes ou melodies si ont vertu naturelle de mitiguer et de donner alegence au lunaticque , le Songe du Vergier, I, 176
Combien que li pere [les sénateurs] temptassent en toutes manieres de mittiger le plebe envers lui , BERCHEURE , f° 90, verso.
XVIe s.
Dès qu'il la voit, il mitige et pallie Son parler aigre , MAROT , I, 253
Il convient incontinent appliquer remedes qui mitigent la douleur , PARÉ , V, 9
Provenç. et espagn. mitigar ; ital. mitigare ; du lat. mitigare, de mitis, doux, et igare, fréquentatif de agere, faire.