MIRAGE

Prononciation : mi-ra-j'
Nature : s. m.

1Phénomène de réfraction par lequel les objets qui sont vus très près de l'horizon envoient quelquefois à l'observateur deux images, l'une directe, l'autre renversée, dû à ce que la température du sol ou de l'eau étant élevée et dilatant les couches inférieures de l'air contiguës, fait que la densité de l'air va en croissant de bas en haut jusqu'à une certaine hauteur, au lieu d'aller en diminuant suivant la loi ordinaire de superposition des couches.
Dans le même temps que M. Monge expliquait le mirage en Égypte, M. Wollaston en Angleterre publiait un très beau travail sur le même sujet , BIOT , Instit. Mém. sciences, 1809, p. 6
Le phénomène du mirage le plus apparent, le mieux constaté, et qui a le plus attiré l'attention générale, est celui que M. Monge a décrit et expliqué dans les Mémoires de l'Institut du Caire : lorsque les soldats français entrèrent dans le désert de l'Égypte, toute l'armée fut témoin d'un effet d'optique aussi nouveau que remarquable : le pays qui forme une vaste plaine horizontale parut tout couvert d'eau ; les villages bâtis sur de petits tertres... présentaient de loin, outre leur image directe, une image renversée ; les soldats, séduits par l'illusion, couraient vainement vers cette eau imaginaire pour étancher la soif qui les dévorait , BIOT , ib. p. 5
Tel qu'aux déserts parfois brille un mirage, Aux coeurs vieillis j'offre un doux souvenir , BÉRANG. , Tailleur.
2Fig. Déception, illusion. Toutes ces espérances ne sont qu'un mirage. Mirer.