MIQUELET

Prononciation : mi-ke-lè ; le t ne se prononce et ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des mi-ke-lè-z agiles 
Nature : s. m.

1Nom donné aux anciens bandits qui se réfugiaient dans les Pyrénées, principalement sur les frontières de l'Aragon et de la Catalogne ; ils faisaient la guerre sans aveu de personne et servaient le parti qui leur plaisait.
Des trahisons et des révoltes où les miquelets vos bons amis vous auront bien aidé , MAINTENON , Lett. au D. de Noailles, 23 août, 1711
2S'est dit aussi de certaines troupes légères qui font la guerre en enfants perdus, en éclaireurs.
Et j'étais miquelet dans les guerres d'Espagne , REGNARD , Fol. am. I, 5 Miquelets français, s'est dit d'un corps de partisans créé par Napoléon 1er en 1808 pour l'opposer aux guérillas espagnoles.
3Aujourd'hui, soldats formant la garde particulière des capitaines généraux ou gouverneurs de province en Espagne. Esp. miquelete. MIQUELET. Ajoutez : 4Platine à la miquelet, platine d'invention espagnole, servant à mettre le feu au fusil à silex, dans laquelle les étincelles sont produites par le choc, contre une pièce d'acier à charnière nommée batterie, d'une pierre maintenue entre les mâchoires d'un chien.