MINUTIE

Prononciation : mi-nu-sie
Nature : s. f.

Néologisme au temps du cardinal de Retz qui l'explique par chose de peu de conséquence.
Ce détail paraît sans doute une minutie, c'est-à-dire une chose mince et frivole qui ne vaut pas la peine d'être remarquée et qui ne fait rien au gros de l'affaire , RETZ , Conclave d'Alex. VII
Depuis longtemps on faisait valoir Des minuties , SÉV. , 392
Pour entrer dans le détail et dans les minuties de l'art , HUET , De l'origine des romans, p. 81, dans POUGENS
S'il faut descendre aux minuties avec une femme , BOSSUET , Lett. quiét. 35
Dans le fond qu'est-ce que toutes ces méthodes, que toutes ces pratiques ? ne sont-ce pas des minuties ? Des minuties ! mais ces prétendues minuties plaisent à Dieu.... , BOURDAL. , Pensées, t. I, p. 419
Assez de livres sont pleins de toutes les minuties des actions de guerre et de ces détails de la fureur et de la misère humaine , VOLT. , Louis XIV, 11
Vous sentez bien que je n'entre pas dans le détail des opérations militaires ; je n'ai jamais pu supporter ces minuties de carnage , VOLT. , Lett. 17 janv. 1763
Vous ne sauriez apporter dans cet ouvrage [le Commentaire sur Corneille] trop de soin, d'exactitude et même de minutie , D'ALEMB. , Lett. à Volt. 8 sept. 1761
Lat. minutia, de minutus (voy. MENU) ; génev. menutie ; wallon, minuté ; Hainaut, menuté.